Couillard souhaite «donner une leçon aux barbares»

Philippe Couillard a été catégorique. Pas question de... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Philippe Couillard a été catégorique. Pas question de reculer. « Nous allons maintenir l'accueil envers les réfugiés qu'on va recevoir chez nous. Ces personnes sont aussi des victimes de la terreur. Ces criminels barbares cherchent à détruire nos sociétés, semer le désordre et montrer l'échec du modèle démocratique et ouvert de nos sociétés ».

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Une série d'attentats à la ceinture explosive et à l'arme automatique a fait au moins 129 morts, vendredi 13 novembre 2015, à Paris. Il s'agit d'un carnage sans précédent, qualifié d'«acte de guerre» par le président François Hollande. La série d'attaques a été perpétrée par trois équipes de terroristes coordonnées. En tout, sept terroristes ont été retrouvés morts. »

(Québec) Renoncer à accueillir des migrants syriens après les événements de Paris marquerait la victoire du terrorisme estime Philippe Couillard. « On va donner une leçon à ces barbares! » a-t-il lancé en point de presse, à l'entrée du conseil général que tient son parti en fin de semaine.

« Les dernières heures ont été difficiles à comprendre et surtout impossibles à accepter! », a-t-il lancé dans son discours devant les 400 délégués. « Des criminels souhaitent jeter le chaos et semer la haine dans nos sociétés » dira M. Couillard avant de marteler: « Ces gens ne croient pas à la démocratie. Nous oui! Ils ne croient pas à la liberté. Nous oui! Ils ne croient pas à la justice, à la tolérance et au respect. Nous oui! ». En dépit des attentats, « personne ne baisse les bras et nous ne le ferons jamais » a-t-il lancé.

Pour marquer la solidarité du Québec avec la France visée vendredi par une série d'attentats terroristes sanglants, les délégués ont respecté une minute de silence puis, écouté solennellement la Marseillaise tandis qu'au mur, un jeu de lumière représentait le drapeau tricolore.

À leur arrivée à l'instance partisane, la plupart des ministres du gouvernement se bornaient à dire qu'ils « espéraient » que les événements de vendredi n'entameraient pas la volonté des Québécois d'accueillir des migrants syriens. Les Québécois peuvent avoir des craintes, la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil ne peut dire que les événements n'auront pas d'impact, « mais les Québécois vont voir arriver des enfants, des parents, des pères et des mères qui cherchent la sécurité et la paix » a-t-elle souligné.

Dès la matinée, Philippe Couillard avait été catégorique. Pas question de reculer sur l'opération qui permettra à près de 6000 migrants syriens de s'installer au Québec. « Nous allons maintenir l'accueil envers les réfugiés qu'on va recevoir chez nous. Ces personnes sont aussi des victimes de la terreur. Ces criminels barbares cherchent à détruire nos sociétés, semer le désordre et montrer l'échec du modèle démocratique et ouvert de nos sociétés ».

« Toute la société civile doit aujourd'hui rappeler l'importance de la solidarité, ces personnes qui viendront chez nous sont des victimes de la terreur. Ce sont des familles qui ont fui les maisons ont été bombardées dont les parents ont été assassinés cruellement sous leurs yeux ». Pour lui on ne peut rien imaginer de pire qu'un réflexe d'isolation, « ce que j'ai vu de pire c'est la bannière à Québec » qui s'opposait à l'arrivée des migrants au Québec. 

Couillard demande une réponse musclée et « concertée » 

« Le monde démocratique est en guerre, cela fait des mois que je le dis. Il faut être naïf pour penser qu'on ne fait pas face à un état de guerre, différent de ce qu'on a connu mais tout aussi menaçant », a-t-il soutenu.

« Quand on fait face à un ennemi mortel on doit le combattre avec des forces proportionnelles, et c'est ce que fait le conseil, les forces de sécurité ». Quand on essaie de tuer les gens, « il faut répondre de façon proportionnelle, et c'est pourquoi que l'engagement concerté des pays de la planète est crucial ».

Le retrait prévu des Forces canadiennes en Irak, un geste isolé, n'est pas souhaitable a-t-il laissé entendre. Pour lui, les « approches unilatérales » sont inefficaces, les pays doivent se concerter, « et je m'attends que mon pays, le Canada, qu'on joue un rôle tel que demandé par nos partenaires de la communauté internationale. Le Canada doit se montrer disponible pour ce que nous demandent nos partenaires ». 

Le retrait unilatéral du Canada ne règlera rien selon lui. La communauté internationale doit agir de concert pour faire face à ce mouvement islamiste, qui a montré sa capacité à frapper à plusieurs endroits en même temps. Pas question pour lui de reporter la conférence internationale de Paris sur l'environnement. Les informations qui filtrent de Paris indiquent que l'événement aura lieu comme prévu. « Ce serait donner une autre victoire aux terroristes », résume M. Couillard.

Au Québec le niveau de sécurité n'est pas haussé depuis les événements de souligner le ministre de la Sécurité publique, Pierre Moreau. Ils sont déjà en « état de vigie, de veille, et il y a un ''monitoring'' constant pour voir si le niveau devrait être rehaussé ». Il s'entretiendra plus tard avec son homologue fédéral Ralph Goodale pour voir s'il faut augmenter les contrôles.

Les services policiers, la Sureté du Québec (SQ), le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) travaillent de concert avec la GRC, pour un niveau « A » en terme d'alerte, le plus bas niveau sur une échelle de cinq. Pour l'heure, on se concentre sur la surveillance des médias sociaux, la mise en commun du renseignement, des échanges fluides entre les corps de police. « Notre société ne doit jamais céder à la menace », a insisté M. Moreau. « On doit travailler ensemble pour contrer le terrorisme, pour assurer que ce genre de chose n'arrive plus », de souligner le ministre des Transports, Robert Poëti.

Pour la députée Rita De Santis, il faut espérer que les Québécois ne se ferment pas devant les événements. « Mon souhait est qu'il n'y ait pas une telle réaction, je la comprends c'est une réaction humaine mais il faut aller au-delà et réfléchir. Ce qui s'est passé à Paris c'est un petit groupe de personnes qui tentent de nous terroriser, ils ne respectent pas les personnes qu'on va recevoir au Québec, eux viennent ici pour refaire leur vie, devenir Québécois et Canadiens ».

Pour Carlos Leitao, titulaire des Finances, « il est beaucoup trop tôt » pour spéculer sur l'impact des attentats sur les milieux financiers. « Pour l'instant nos pensées sont avec les familles des victimes », a-t-il dit. Interpelé sur les coûts des réfugiés à venir, il a indiqué qu'ils étaient « financièrement ils sont à la charge du gouvernement fédéral. Quel que soit leur nombre, il y aura par la suite des discussions avec le gouvernement fédéral », a-t-il souligné.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer