CAQ: «On veut revenir à nos sources», dit Legault

Le chef de la CAQ, François Legault... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le chef de la CAQ, François Legault

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Scott) Victime de la polarisation de l'électorat entre souverainistes et fédéralistes, la Coalition avenir Québec remettra de l'avant le thème de la question nationale qu'il a délaissé depuis sa fondation. L'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois «change la donne» et «il faut réagir à ça», a indiqué le chef caquiste François Legault, mardi.

Il a annoncé que son parti renouvellera son offre politique, alors que les libéraux «copient» certaines de ses idées et s'accaparent le thème du ménage dans les finances publiques. «On veut revenir à nos sources», a déclaré M. Legault en marge d'une réunion de son caucus pour préparer la rentée parlementaire, le 15 septembre.

Il a affirmé que l'éducation deviendra son «cheval de bataille». Il a demandé au député Jean-François Roberge, un ex-enseignant, de préparer un plan sur ce thème.

François Legault a laissé entendre que le «choix des sujets» fait par la CAQ dans les dernières années l'a éloigné de ses sources, dont fait partie l'éducation (la santé, l'économie, l'identité et la culture sont les autres, a-t-il mentionné). « On a beaucoup parlé de ménage, et c'était nécessaire de faire le ménage, mais ce n'est pas vrai qu'on va régler tous nos problèmes au Québec seulement avec le ménage », a-t-il soutenu.

«Je me suis toujours battu pour l'éducation, je vais continuer. Ça n'a peut-être pas beaucoup paru dans les derniers mois. Donc ça va paraître dans les prochains mois.» Avant-goût de ce repositionnement: François Legault a dénoncé les compressions budgétaires dans les services aux élèves et a accusé le gouvernement de «manquer de vision». «La pire chose à faire» pour valoriser l'éducation, a-t-il ajouté, c'est de geler les salaires des enseignants pendant deux ans, comme souhaite le faire le gouvernement pour l'ensemble des employés de l'État. Le gel ne devrait pas s'appliquer à ce groupe selon lui.

Coincé entre les options fédéraliste et souverainiste, François Legault entend aborder de front la question nationale. «C'est certain que le contexte politique a changé depuis l'arrivée de Pierre Karl Péladeau, qui fait de l'indépendance sa seule priorité. Oui, le contexte politique a changé, et il faut réagir à ça. (...) On doit avoir une réflexion sur notre positionnement sur la question nationale.» Il présentera ses propositions mercredi. On a pu en avoir un aperçu lorsqu'il a été questionné sur le rapport de la Commission Robillard: le chef caquiste plaide pour des négociations avec Ottawa afin que le Québec perçoive tous les impôts et donc que les Québécois n'aient qu'un rapport à remplir. La Commission Robillard suggère l'inverse, c'est-à-dire que le Québec cesse de percevoir lui-même ses impôts et cède à Ottawa cette responsabilité. Le premier ministre Philippe Couillard a ouvert la porte à cette recommandation.

La CAQ ne traverse pas une crise, elle «subit une situation temporaire» selon M. Legault. Cette situation s'explique par la «lune de miel» dont bénéficie M. Péladeau. Un tel phénomène dure «un certain temps» seulement, a ajouté M. Legault, qui en a fait l'expérience lui-même lors de la fondation de la CAQ.

Selon lui, son parti entre dans une nouvelle phase. «La CAQ arrive à maturité. Il y a eu un démarrage durant trois ans. Durant trois ans, on a eu deux élections, et une période de 18 mois où on s'attendait à n'importe quel moment à avoir une élection. Là, on a trois ans devant nous. Je pense que c'est une nouvelle phase de maturité où on doit proposer un programme pour gouverner dans trois ans.»

«On veut revenir à nos sources, mais on va rester un parti pragmatique pas idéologique, qui défend les citoyens, pas les groupes de pression», a-t-il poursuivi.

Après avoir glissé en juin qu'il avait songé à quitter la CAQ après la défaite de son parti dans Chauveau, François Legault a assuré qu'il demeurera à la barre «pour de nombreuses années». «Même si je ne gagne pas la prochaine élection en 2018, je vais rester à la CAQ», a-t-il précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer