Le monopole de la SAQ remis en cause

Depuis des années, un débat persiste autour de... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Depuis des années, un débat persiste autour de l'opportunité de privatiser la Société des alcools du Québec, tout au moins en partie.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pas question de privatiser la Société des alcools du Québec, mais la société d'État ne devrait plus jouir du monopole qu'elle détient dans la vente des vins et des spiritueux.

Ouvrir la porte à la concurrence serait bénéfique pour l'économie, augmenterait le choix pour les consommateurs et serait neutre du point de vue des recettes du gouvernement.

Ces constats font partie du deuxième volet du rapport de la commission présidée par Lucienne Robillard chargée par le gouvernement du Québec de réévaluer l'ensemble des programmes gouvernementaux. La commission a remis, à la mi-juin, un très volumineux rapport au président du Conseil du trésor, mais le gouvernement en retient la publication, préférant le conserver pour relancer le débat public à la fin de l'été.

La publication du premier volet du rapport, en novembre 2014, avait été une catastrophe en termes de communications. Quelques heures seulement après sa publication, les ténors du gouvernement Couillard repoussaient ses recommandations de sabrer l'assistance aux agriculteurs et aux municipalités. Québec avait même choisi de ne pas attendre les conclusions de Mme Robillard avant de faire son lit sur les nouveaux tarifs quotidiens pour les garderies.

Cette fois encore, les économistes Robert Gagné et Claude Montmarquette, les véritables penseurs de la commission, ont été tentés par des propositions particulièrement difficiles d'application pour les politiciens.

Selon les sources de La Presse, on relève que le Québec pourrait faire des économies importantes s'il abolissait son Agence du revenu, le plus gros effectif parmi les ministères, pour laisser la responsabilité de la perception des impôts à Revenu Canada.

Pour le Fraser Institute, il y a cinq ans, l'économiste François Vaillancourt avait évalué qu'une économie de 500 à 700 millions de dollars était possible. Un obstacle, prévient-on cependant à Québec, où cette agence a diversifié certaines activités et est responsable, par exemple, de la perception des pensions alimentaires. Depuis des mois, l'économiste Montmarquette poussait pour que cette proposition soit retenue par le comité, bien qu'elle risque d'être taillée en pièces rapidement, tel un recul du Québec, par les adversaires souverainistes du gouvernement.

À coût nul

La Société des alcools paraît une cible plus accessible. Surtout qu'à la différence des autres sociétés d'État - Loto-Québec, par exemple -, aucun dirigeant de la SAQ n'a pris contact avec la commission pour défendre l'organisme.

Depuis des années, un débat persiste autour de l'opportunité de privatiser la SAQ, tout au moins en partie. Dans un rapport suivant l'élection du PLQ, MM. Luc Godbout et Claude Montmarquette avaient, au printemps 2014, suggéré que le gouvernement vende 10% de la SAQ et d'Hydro-Québec pour renflouer le Fonds des générations, une avenue que Québec a vite repoussée. À l'été 2013, les jeunes du PLQ avaient appuyé une motion proposant qu'on «vende progressivement la totalité des actifs de la Société des alcools du Québec sur le marché». Le printemps dernier, les ministres Leitao et Daoust avaient remis en question la présence du gouvernement dans des activités commerciales comme la vente d'alcool.

La gouvernance de la SAQ en prend pour son rhume dans le rapport Robillard, indiquent à La Presse des sources fiables. Coûts importants liés à la syndicalisation des employés, horaires contraignants pour les clients, la SAQ soulève des critiques en tant que chaîne de magasins. Depuis deux ans, la stratégie commerciale de la SAQ a eu pour résultat qu'elle a été incapable de livrer les profits qu'espérait le gouvernement. En 2013-2014, les profits de la SAQ avaient régressé en chiffres absolus; un recul minime, mais tout de même sans précédent de 28 millions. La SAQ a versé au cours du dernier exercice un dividende dépassant de 13 millions $ les prévisions du budget provincial.

Mais son monopole fait tiquer davantage. Selon les études, la marge de profit de la SAQ va de 50 à 34% depuis les cinq dernières années. Ouvrir la porte à la concurrence forcerait la société d'État à rabattre ses marges, à baisser ses prix pour faire face à la concurrence. En contrepartie, Québec pourrait majorer ses droits sur les vins et spiritueux: l'effet net serait neutre pour les coffres du gouvernement, mais les clients auraient droit à davantage de produits, selon des horaires plus souples.

La SAQ n'a pas répondu à notre invitation à s'exprimer sur le sujet.

Précision

Dans notre texte « Le monopole de la SAQ remis en question » publié le 8 juillet, nous écrivions erronément que la société d'État a été incapable de livrer les profits espérés par le gouvernement depuis deux ans. En fait, après avoir manqué la cible par 54,3 millions $ en 2013-2014, la SAQ a versé au cours du dernier exercice un dividende dépassant de 13 millions $ les prévisions du budget provincial. Il était aussi inexact de notre part d'écrire que Québec avait dû hausser à deux reprises sa taxe sur l'alcool pour atteindre les cibles de recettes, la taxe perçue par la SAQ et remise au gouvernement ne faisant pas partie de son résultat net. Nos excuses.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer