Décès de Parizeau: l'appui à la souveraineté progressera, croit Péladeau

Pierre Karl Peladeau... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Pierre Karl Peladeau

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau croit que le décès de l'ancien premier ministre Jacques Parizeau fera progresser les appuis au projet d'indépendance du Québec.

M. Péladeau a estimé mercredi que le rappel des réalisations de M. Parizeau, décédé lundi, aura un impact favorable sur l'opinion publique.

Le chef péquiste a souligné une nouvelle fois la grandeur du personnage de M. Parizeau ainsi que ses qualités d'homme d'État, des aspects auxquels il croit que la population sera sensible.

«Ç'a été un grand serviteur de l'État, justement quelqu'un qui est à l'origine de la modernité du Québec, a-t-il dit. Ça donne l'occasion à l'ensemble de la population de connaître son oeuvre, de connaître aussi notre histoire, d'où nous sommes partis et où nous sommes arrivés et de connaître également la profondeur de sa ferveur indépendantiste et, je pense, j'ai le sentiment que ça va faire en sorte qu'on puisse encore davantage parler d'indépendance comme je souhaite le faire.»

Le niveau d'appui à la souveraineté a progressé au cours des derniers mois, pour atteindre 42 pour cent, selon un sondage CROP publié après l'élection de M. Péladeau.

Mercredi, le premier ministre Philippe Couillard a répliqué à l'analyse de M. Péladeau en expliquant que les souverainistes auront le fardeau de démontrer les avantages de leur option.

«Plus le Parti québécois parle de l'indépendance du Québec ou de la séparation du Québec, plus les questions se posent, a-t-il dit. C'est sur eux, entièrement, que repose le fardeau de la preuve.»

M. Couillard a affirmé que trop souvent au cours des dernières années les souverainistes ont fait la promotion de leur option en laissant des questions sans réponse.

«C'est une chose qu'il faut changer par rapport au discours politique des dernières années, a-t-il dit. Nous on est dans la réalité. La réalité, c'est l'appartenance du Québec à la fédération canadienne. Le Parti québécois présente un scénario imaginaire et c'est à eux à répondre aux questions et à démontrer en quoi, perdre leur citoyenneté canadienne aiderait les citoyens du Québec.»

Par ailleurs, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a réaffirmé que son parti n'est pas favorable à la tenue d'un référendum, après avoir laissé entendre mardi que son différend à ce sujet avec M. Péladeau n'était qu'une question de «timing».

M. Legault a expliqué que ces échanges sur le sujet n'étaient pas récents, mais remontaient à l'époque où il était dans le caucus péquiste, avant son départ en 2009.

«Je parlais de mes conversations de l'époque, a-t-il dit. Je n'ai pas parlé vraiment, je n'ai eu que des échanges gentils avec lui dans des cocktails, mais je parlais de mes longs lunchs avec lui à l'époque où on avait des discussions sur le timing. M. Parizeau a toujours été pressé et a toujours voulu qu'on mette au premier rang le référendum sur la souveraineté pour faire ça rapidement.»

Mardi, alors qu'il commentait le décès de M. Parizeau, M. Legault a répondu à une journaliste qui lui demandait si le projet souverainiste était encore vivant.

«Là-dessus, on a un différend sur le timing, puis je ne pense pas qu'aujourd'hui je veux commencer à vous faire des analyses sur la date du prochain référendum, a-t-il dit. Mais je peux vous dire une chose, c'est que M. Parizeau voyait grand pour le Québec, puis là-dessus, bien, on est tous les deux très d'accord.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer