Ministère de l'Immigration: les dessous du cirque informatique

Le ministère de l'Immigration travaille depuis au moins... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Le ministère de l'Immigration travaille depuis au moins cinq ans sur son projet censé permettre à un immigrant «travailleur qualifié» de remplir sa demande via un portail internet.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère de l'Immigration peine à mener à bien son volet informatique. Qu'à cela ne tienne, Québec vient de débloquer 22 millions supplémentaires afin de former deux équipes spécialisées pour le développement et le contrôle de qualité d'un système sur lequel on planche depuis maintenant cinq ans.

Le pactole, décroché par CGI - seul soumissionnaire -, prévoit une dépense de 7,3 millions pour la première phase de 16 mois. Mais au total, les travaux pourraient s'étendre sur quatre ans, avec des possibilités d'«options» qui feront passer le total à 22 millions, selon le registre du système électronique d'appel d'offres (SEAO) du gouvernement. Au Ministère, on explique que ces contrats serviront à «compléter la modernisation du système», un projet qui depuis cinq ans engloutit temps et argent, selon des sources au sein du Ministère.

Le ministère de l'Immigration travaille depuis au moins cinq ans sur son projet censé permettre à un immigrant «travailleur qualifié» de remplir sa demande via un portail internet. Le formulaire PDF de quatre pages devait être mis au rancart: d'une administration à 80% papier, on visait une gestion à 90% informatisée.

Le ministère de l'Immigration travaille depuis 2009 sur ce projet. Au début, des employés relevaient d'autres postes budgétaires, même si en réalité ils étaient affectés au projet. Des consultants étaient embauchés comme programmeurs pour développer le projet, alors que sur papier, ils étaient décrits comme des analystes. Ce n'est qu'en 2013 que le Conseil du trésor jugea le projet suffisamment justifié pour lui octroyer des budgets.

Délais et incompétence

Les fonctionnaires ont ressassé des décisions qui, dans le secteur privé, se prennent beaucoup rapidement. On a débattu pendant un an de l'orientation à prendre: fallait-il privilégier un programme fait avec Microsoft SharePoint seul, ou y ajouter Microsoft BizTalk? La deuxième option a été retenue, mais les consultants ont dû se taire pendant trois mois, le temps qu'elle soit officiellement validée. Une firme externe Victrix a été payée pour valider le choix.

Les hauts fonctionnaires qui ont des décisions à prendre en informatique manquent cruellement de connaissances en la matière, voire de compétences. Le grand responsable du projet à l'Immigration au début ne consacrait que 10% de son temps à ce dossier. Le chef de projet sortait des HEC et n'avait aucune expérience. On avait opté pour la plateforme AGILE, et le représentant du produit devint rapidement le vrai gestionnaire. AGILE a même fourni un «coach» pour encadrer le fonctionnaire... qui devait l'encadrer comme fournisseur.

L'une des hautes responsables du projet fut jugée incompétente parce que son équipe faisait du surplace. Elle a été déplacée pour faire un travail similaire à la Sûreté du Québec. Une autre, délogée pour faire une place à la conjointe du sous-ministre, fut réintégrée au Ministère après avoir transmis une mise en demeure à son ex-patron.

Une description des comités chargés de faire avancer ce projet fait grincer des dents. L'un des fonctionnaires n'a fait que rappeler les procédures à suivre, une autre s'est bornée à participer à des réunions ou des ateliers de travail sans rien produire personnellement. Un troisième protégeait son royaume en utilisant contre vents et marées un système depuis longtemps dépassé, qu'il est désormais le seul à savoir faire fonctionner.

CGI arrive

CGI, la multinationale née à Montréal, arrive dans le décor en janvier 2013. Quatre personnes au début, soit deux développeurs, un analyste et un architecte. Comprenant que les fonctionnaires ne maîtrisaient pas le projet, on ajoute un gestionnaire qui insiste sur les risques de dérapage. Deux mois plus tard, les consultants «non-CGI» sont laissés sur la touche.

À l'Immigration, CGI aura rapidement huit consultants sur place. Pour ne pas défoncer les budgets, certains sont payés en qualité d'analystes, de sorte que leurs honoraires ne figurent pas dans la comptabilité du projet. L'audit du Conseil du trésor n'y voit que du feu, explique-t-on. Trois ans plus tard, le projet est encore à mi-chemin... et les immigrants continuent de remplir leurs formulaires sur papier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer