Économie: Péladeau veut appliquer la recette Québecor

Pierre Karl Péladeau a esquissé son plan de convergence... (PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES PC)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau a esquissé son plan de convergence en s'appuyant sur les ressources dont dispose le Québec.

PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
RIMOUSKI

Le candidat à la course à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau a proposé, dimanche, d'appliquer à l'économie québécoise des recettes du conglomérat Québecor dont il est l'actionnaire de contrôle.

Pour développer l'économie régionale et créer des emplois hors des grands centres, M. Péladeau s'est engagé à intégrer dans une politique industrielle le concept de convergence qui a fait le succès des entreprises médiatiques de Québecor grâce au partage de contenus.

«Je pense l'avoir réalisé quand j'étais dirigeant d'entreprise, a-t-il dit. Il y en a qui l'ont critiqué, c'était la politique de la convergence. Mais qu'est-ce que c'est, la convergence? La convergence, c'est de mettre en place les différents éléments dans une intégration qui va être efficace pour chacun des éléments qui fait partie de l'ensemble.»

M. Péladeau a esquissé son plan de convergence en s'appuyant sur les ressources dont dispose le Québec.

«C'est vrai que nous avons tous ces éléments au Québec, que ce soit le minerai, que ce soit la matière grise, que ce soit notre volonté de développer un chantier planétaire pour nous projeter encore une fois au niveau international, a-t-il dit. Tout ce qui est nécessaire, nous l'avons.»

M. Péladeau, favori dans la course, a fait cette proposition lors du quatrième débat organisé par le PQ, dont le thème était la culture et le développement régional.

Pour la première fois depuis le début de la campagne, en février, le débat s'est tenu sans Bernard Drainville, qui s'est rallié entretemps à M. Péladeau.

L'événement a été l'occasion de constater que la lutte pour la deuxième place se corse, avec une guerre de chiffres opposant Martine Ouellet à Alexandre Cloutier.

M. Péladeau et un autre candidat, Pierre Céré, ont quant à eux limité leurs commentaires concernant un accrochage rapporté dans un reportage publié récemment.

Lors d'un point de presse qui a suivi la joute, M. Céré n'a pas nié l'événement, mais il a refusé de répéter les propos de M. Péladeau, qu'il a pourtant cités au magazine Maclean's.

M. Céré, qui s'était déjà plaint des mises en garde qu'il avait reçues après avoir évoqué les risques de conflits d'intérêts de M. Péladeau avec Québecor, a affirmé qu'il ne s'était pas senti intimidé ou menacé par les propos du favori.

«Je n'ai pas peur», a-t-il dit.

En février, en marge d'un conseil national, M. Céré avait affirmé qu'avec les médias de Québecor, M. Péladeau était en position d'acheter son élection à la tête du PQ. Il l'avait notamment qualifié de «Citizen Péladeau», en référence au film Citizen Kane.

Selon Maclean's, M. Céré a soutenu que M. Péladeau l'a ensuite invectivé, lui disant: «Mon tabarnac, je vais t'acheter. Combien tu coûtes? Tu vas faire partir plein d'entreprises du Québec.»

M. Péladeau n'a pas nié les propos, mais il a soutenu que le magazine rapportait les propos de M. Céré.

«Il n'y a pas de citation là-dedans, c'est sa citation à lui», a-t-il dit.

La lutte corsée pour la deuxième place

En rencontrant à son tour les journalistes, Mme Ouellet a accusé M. Cloutier d'utiliser des stratégies de «vieille politique» avec la publication, juste avant le débat, d'un sondage qui le place en deuxième place derrière Pierre Karl Péladeau.

La lutte pour la deuxième place s'est corsée,... (PHOTOMONTAGE LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La lutte pour la deuxième place s'est corsée, dimanche, quand Alexandre Cloutier a envoyé aux journalistes assistant à un débat des candidats un sondage qui place Martine Ouellet en troisième place.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

En terminant cette quatrième joute officielle des prétendants à la succession de Pauline Marois, Mme Ouellet a parodié le slogan de campagne de M. Cloutier pour exprimer sa déception.

«Les Québécois veulent autre chose que de la vieille politique et franchement, pour vous dire, pour quelqu'un dont le slogan c'est ''Maintenant autrement'', je trouve des fois ça a l'air de ''Maintenant comme avant'', a-t-elle dit. Je trouve que ce ne sont pas les bonnes stratégies.»

La lutte pour la deuxième place s'est corsée, dimanche, quand M. Cloutier a envoyé aux journalistes assistant au débat un sondage qui place Mme Ouellet au troisième rang.

L'équipe de Mme Ouellet a aussitôt riposté en publiant des chiffres de son pointage qui la situent derrière le favori et placent M. Cloutier en troisième position.

M. Cloutier, qui s'est présenté dimanche comme le candidat du rassemblement, a insisté sur la plus grande rigueur de son sondage face aux chiffres de Mme Ouellet.

«Ce n'est pas un truc rédigé sur le coin d'une table, c'est une firme professionnelle qui a fait la bonne pondération», a-t-il dit.

Durant le débat, M. Péladeau a insisté à de nombreuses reprises sur les initiatives de Québecor en matière de développement économique et culturel dans les régions.

Le candidat a rappelé le soutien financier de l'entreprise aux régions, dont un festival de Rimouski, ainsi que par l'intermédiaire de l'émission Star Académie de TVA.

«J'ai toujours été au coeur du développement et du rayonnement de la culture et j'en suis très fier», a-t-il dit.

M. Péladeau s'est engagé à inclure dans la constitution d'un Québec indépendant des dispositions qui définissent le pouvoir de développement économique des régions et leur financement.

M. Cloutier, qui a mis de l'avant ses nombreux appuis d'artistes du théâtre ou de la chanson, a souligné de son côté que le secteur culture génère plus d'activité économique que les secteurs des mines, du gaz et du pétrole réunis.

«Y a-t-il mieux que les artistes pour nous faire vibrer, pour venir chercher en nous l'émotion? a-t-il demandé. Et c'est avec eux qu'on doit construire le projet de pays. On va donc non seulement les soutenir, mais on doit soutenir toute la diversité qui se fait, pas juste à Québec ou Montréal, mais sur l'ensemble du territoire.»

Pierre Céré a accusé les libéraux d'avoir saboté l'économie régionale avec l'abolition des centres locaux de développement et les conférences régionales des élus, tandis qu'un ministre dépense 278 000 $ en rénovations.

«C'est écoeurant ce qu'ils sont en train de faire, a-t-il dit. Pendant ce temps-là, vous avez un ministre, celui qui est à Rivière-du-Loup, Jean D'Amours, qui aménage son bureau à grands frais. C'est fantastique l'austérité, ce n'est pas pour tout le monde.»

Mme Ouellet a insisté sur l'importance de l'indépendance parce que selon elle, Ottawa n'a pas la sensibilité pour la développer sur la scène internationale, à la lumière d'une controverse impliquant l'oeuvre d'un peintre québécois affichée au ministère des Affaires étrangères.

«Quand on a un gouvernement à Ottawa qui remplace les toiles d'Alfred Pellan par des photos de la reine Élizabeth, c'est assez évident que le gouvernement fédéral ne croit pas tellement à la culture et qu'il n'y a pas de vision de la culture», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer