Laïcité: PKP fait marche arrière

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Après s'être montré favorable à une interdiction des signes religieux dans l'ensemble de la fonction publique, Pierre Karl Péladeau a dit mardi qu'il préfère que cette restriction ne soit appliquée qu'aux fonctionnaires en position d'autorité.

En janvier, le député de Saint-Jérôme s'est rangé derrière les recommandations de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables. Le rapport proposait d'interdire le port de signes religieux aux juges, aux policiers et aux procureurs de la couronne.

M. Péladeau a ajouté les enseignants à cette liste, estimant qu'ils sont également en position d'autorité.

Or, lors de la rencontre Maître chez vous, tenue à Montréal en fin de semaine, le favori de la course à la direction du Parti québécois s'est montré ouvert à ce qu'on élargisse l'interdiction à l'ensemble de la fonction publique et parapublique.

À son arrivée au caucus du PQ, mardi matin, M. Péladeau a affirmé qu'il souhaite que le plus grand nombre possible de Québécois s'entendent sur cette épineuse question.

«Le consensus est essentiel, a dit M. Péladeau. Et à cet égard, je considère que Bouchard-Taylor plus les enseignants est certainement une position qui pourrait trouver le plus large consensus possible.»

Choc Cloutier-Drainville

Dans l'intervalle, la question identitaire a continué de creuser des lignes de fracture dans la course à la direction du PQ.

Alexandre Cloutier, qui a pris ses distances du projet phare du gouvernement Marois, a mis les péquistes en garde contre la tentation d'adopter des «positions extrêmes» sur la question identitaire, lundi.

«Les indépendantistes ne peuvent pas se permettre une nouvelle division, a-t-il renchéri sur Twitter mardi matin. Trouvons les consensus sur les questions identitaires.»

Le père de la Charte, Bernard Drainville, a rétorqué que le combat pour l'indépendance du Québec est indissociable de la question identitaire

«La première raison pour laquelle on veut faire l'indépendance, c'est pour assurer la pérennité de notre identité, de notre langue, de nos valeurs, de notre histoire, a-t-il affirmé. Moi je pense que de renoncer à défendre notre identité, c'est laisser le champ libre à l'idéologie du multiculturalisme canadien.»

Il a mis M. Cloutier en garde contre les «attaques personnelles» pendant la course à la direction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer