Immigration: la CAQ veut resserrer les exigences

Le chef de la CAQ, François Legault, croit... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef de la CAQ, François Legault, croit qu'il faut revoir l'entente sur l'immigration conclue avec Ottawa afin de prévoir la création d'un nouveau certificat d'accompagnement transitoire.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

La Coalition avenir Québec a dévoilé lundi un plan pour resserrer les conditions d'admission des immigrants, qui devraient maîtriser le français et comprendre les valeurs québécoises afin de demeurer sur le territoire.

Le chef de la CAQ, François Legault, croit qu'il faut revoir l'entente sur l'immigration conclue avec Ottawa afin de prévoir la création d'un nouveau certificat d'accompagnement transitoire d'une durée de trois ans.

«Il faut être prudents, c'est un sujet qui est complexe, c'est délicat, il ne faut pas faire des amalgames, il faut être respectueux, a-t-il dit. Mais il faut aussi être francs, et je pense que la société québécoise sortirait gagnante qu'on se donne des balises très claires quant à la sélection et l'intégration des immigrants.»

M. Legault a expliqué que ses propositions, dont il espère que les libéraux s'inspireront, visent notamment à répondre aux préoccupations soulevées par les attentats de djihadistes à Paris.

«Il y a actuellement une inquiétude fondée au Québec, a-t-il dit. Veut-on avoir des futurs immigrants qui pourraient devenir des prédicateurs, qui viendraient dénigrer des valeurs fondamentales comme l'égalité entre les hommes puis les femmes? Je pense que les Québécois ne souhaitent pas ça, donc je pense que c'est important.»

Cette nouvelle procédure serait disponible pour les travailleurs qualifiés, qui comptaient pour 58 pour cent des 52 000 immigrants accueillis au Québec en 2013.

M. Legault croit qu'il est souhaitable d'autoriser plus rapidement les immigrants à venir s'établir au Québec quand leurs qualifications correspondent aux besoins du marché du travail québécois.

En contrepartie, la CAQ rehausserait les exigences de connaissance du français en plus d'imposer la réussite d'un cours portant sur les valeurs québécoises véhiculées notamment par la Charte québécoise des droits et libertés.

Trois ans après leur arrivée, les travailleurs qualifiés devraient ainsi répondre à ces exigences de manière satisfaisante en plus de prouver leurs efforts d'intégration du marché du travail, a expliqué le chef caquiste en conférence de presse.

«De la même façon qu'un touriste qui vient ici, au Québec, à un moment donné, ne peut pas rester de façon permanente, de la même façon qu'une personne qui reçoit un permis de travail temporaire ne peut pas rester ici de façon permanente, effectivement, si, dans ce qui est proposé, l'immigrant ne reçoit pas son certificat permanent, bien, oui, il devra retourner, a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Puis le gouvernement fédéral devra s'assurer que cette personne retourne chez elle.»

Actuellement, les personnes qui souhaitent venir s'établir au Québec doivent faire au préalable une demande de certificat de sélection au gouvernement du Québec, qui met au moins un an avant d'être traitée. Une fois obtenu, le certificat permet de faire une demande de statut de résident permanent auprès des autorités fédérales.

Selon le chef caquiste, des conditions révisées sont nécessaires car, malgré les mesures en place, le nombre d'immigrants qui ne connaissent pas le français est en hausse au Québec, tandis que leur taux de chômage demeure plus élevé que la moyenne.

Avec sa proposition, les immigrants devraient prouver qu'ils disposent d'un niveau de français intermédiaire en vertu des grilles d'analyses actuellement utilisées par le ministère de l'Immigration.

La CAQ affirme qu'il faudrait investir 80 millions $ pour mettre en place son certificat d'accompagnement transitoire, dont 5 millions $ pour les cours d'intégration, 50 millions $ et 15 millions $ pour accélérer le traitement des demandes d'immigration, pour lesquelles M. Legault souhaite considérablement réduire le délai de réponse, à trois mois.

Le Parti québécois a jugé que la proposition de la CAQ est inapplicable car c'est Ottawa qui émet les visas de résidents permanents et que Québec n'est pas informé du moment de leur arrivée.

«Supposons que le Québec décide d'expulser un résident temporaire qui ne passerait pas le test du chef de la CAQ, a déclaré le député Maka Kotto dans un communiqué. Comment s'y prendrait-il, étant donné que c'est le Canada qui donne le visa? En matière d'immigration, le Québec est responsable de la sélection des candidats, et le Canada, de leur admission.»

Le président de l'Association des avocats en droit de l'immigration, Jean-Sébastien Boudreault, a estimé que pour éviter un effet dissuasif sur les demandeurs, il faudrait considérablement réduire la durée de traitement des demandes, qui peut aller jusqu'à une soixantaine de mois.

«Si on prend deux à trois ans pour émettre les visas et qu'en plus les gens sont sur la corde raide pendant trois ans par la suite, je pense que ça peut avoir un effet dissuasif, a-t-il dit. Parce qu'on serait un des rares pays, une des rares provinces, à faire ce genre de vérification post-arrivée.»

Selon M. Legault, il demeurerait «possible de continuer à recevoir 50 000 immigrants par année tout en respectant ces trois critères».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer