Exclusif

La CAQ prend un virage identitaire

Dès cette semaine, le chef de la CAQ,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dès cette semaine, le chef de la CAQ, François Legault, doit rendre publique une longue liste de mesures costaudes, préconisées par son parti, pour l'accueil des néo-Québécois. 

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Déjà proche du courant nationaliste, la Coalition avenir Québec a décidé de donner un coup de barre pour devenir le champion de la défense des valeurs des Québécois de souche. Le parti de François Legault opte à fond de train pour le courant identitaire, conscient que ce positionnement est en train de faire recette pour les conservateurs de Stephen Harper au Québec. La bonne performance de la CAQ dans Richelieu, la semaine dernière, vient conforter, davantage encore, un appel aux nationalistes francophones.

Dès cette semaine, le chef de la CAQ, François Legault, doit rendre publique une longue liste de mesures costaudes, préconisées par son parti, pour l'accueil des néo-Québécois. Ceux-ci devront s'engager très clairement à adhérer aux valeurs de la majorité québécoise, une idée qui renoue avec les propositions de l'ADQ à l'époque de Mario Dumont.

Examen obligatoire

Mais surtout, les nouveaux arrivants devront, trois ans après avoir mis les pieds au Québec, être capables de réussir un examen de français parlé et écrit, passage obligé pour l'obtention d'un certificat de sélection du Québec et pour le permis de résidence délivré par Ottawa. Cette exigence viserait les immigrants acceptés en vertu de leur capacité d'intégrer le marché du travail et non ceux arrivés par le biais de la réunification des familles. Quelque 40 000 individus seraient touchés sur les 50 000 nouveaux arrivants annuels. 

Actuellement, ce certificat de sélection est obligatoire pour la venue d'un étranger au Québec. La CAQ propose d'accélérer le processus en délivrant, dans un premier temps, des «certificats d'acceptation transitoire» à ceux qui veulent venir au Québec, ce qui accélérerait leur arrivée. Actuellement, l'obtention d'un certificat de sélection prend deux ou trois ans. En trois mois, après les examens de santé et de sécurité, les ressortissants pourraient recevoir leur permission temporaire. Cette voie rapide permettrait de choisir avec plus d'assurance les candidats en phase avec le marché du travail - actuellement, les fonctionnaires doivent présumer les besoins des employeurs québécois trois ans plus tard.

La politique de la CAQ sera contenue dans une «loi sur l'interculturalisme québécois», ses principes fondamentaux seront «le respect des valeurs communes inscrites dans la Charte des droits et libertés de la personne». L'adhésion au fait que le français est «la langue publique et officielle de la nation».

Les francophones sont majoritaires et, par conséquent, «la nation québécoise est titulaire de droits collectifs» et sa culture doit être préservée. Dans sa politique, la CAQ prévoit que les organismes publics mais aussi le secteur privé seront encouragés à assurer la participation des individus et des groupes «à la société québécoise, notamment à la vie sociale et économique de la province».

Participation et intégration

Aussi, le document de la CAQ insiste: le gouvernement du Québec a «comme responsabilité» d'assurer la participation à la société et l'intégration des minorités culturelles. Il doit aussi assurer le respect des droits et valeurs inscrits dans la Charte des droits. «L'interculturalisme» à la sauce CAQ est «une politique de gestion de la diversité encadrée par une loi».

Le détenteur d'un certificat transitoire qui se mettrait à promouvoir la discrimination à l'endroit des femmes ou des homosexuels s'exposerait à voir son sauf-conduit révoqué. Même chose pour ceux qui tiendraient des propos haineux ou qui inciteraient d'autres citoyens à la violence. La décision pourrait être contestée au Tribunal des droits de la personne.

La politique permettrait de mettre en place des mesures concrètes pour appliquer l'interculturalisme dans la sphère publique mais aussi dans les activités privées des citoyens.

Pour ce qui est de l'immigration, on poussera pour une meilleure répartition des nouveaux arrivants - 80% actuellement s'établissent dans la grande région de Montréal. Les députés ont discuté récemment en commission parlementaire des objectifs de nouveaux arrivants - on parle de 50 000 personnes par année, une cible régulièrement dépassée de 2000 à 5000 personnes à cause de la réunification des familles.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer