Débat du PQ: Péladeau au coeur des attaques

Bien que le ton soit resté courtois, Bernard... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Bien que le ton soit resté courtois, Bernard Drainville, Martine Ouellet et Pierre Céré ont tour à tour défié le député de Saint-Jérôme, que les sondages placent loin devant dans la course à la succession de Pauline Marois.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le grand favori de la course à la direction du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, a été la cible de plusieurs questions, hier soir à Trois-Rivières, lors du premier de cinq débats. Mais il a offert peu de réponses à ses adversaires qui tentaient d'en savoir davantage sur ses positions.

Bien que le ton soit resté courtois, Bernard Drainville, Martine Ouellet et Pierre Céré ont tour à tour défié le député de Saint-Jérôme, que les sondages placent loin devant dans la course à la succession de Pauline Marois.

M. Drainville avait présenté le débat comme une manière de «tester» les aspirants chefs du PQ. Il a annoncé ses couleurs dès ses remarques d'ouverture, se présentant comme un candidat capable de subir le «feu nourri des journalistes», une allusion au point de presse cahoteux qu'a donné M. Péladeau à Montréal la veille.

Le député de Marie-Victorin a profité d'un échange pour sommer M. Péladeau de donner des détails sur sa stratégie référendaire, lui qui reste flou sur sa démarche depuis le début de la course.

Puis, en fin de débat, il a demandé à son rival s'il appuierait l'idée de repousser d'un an l'atteinte du déficit zéro. M. Drainville est le seul candidat dans la course à proposer cette stratégie.

Dans les deux cas, M. Péladeau a esquivé les questions.

«J'ai de la misère à obtenir des réponses de Pierre Karl ce soir», a ironisé M. Drainville lors de son dernier échange avec le magnat de la presse.

Martine Ouellet a demandé à l'actionnaire de contrôle de Québecor s'il appuierait le projet de loi présenté en 2010 par le député péquiste Guy Leclair visant à moderniser les dispositions anti-briseurs de grève du Code du travail. Ce sujet est sensible pour M. Péladeau, puisque le Parti québécois avait profité du lock-out au Journal de Montréal pour proposer ces dispositions législatives.

«Pour créer des emplois, c'est très simple, il faut créer des entreprises», a répliqué M. Péladeau, esquivant la question de sa rivale.

Mme Ouellet a, elle aussi, reproché à M. Péladeau d'éluder sa question.

Puis, Pierre Céré a lancé une salve contre M. Péladeau. Il a rappelé que l'auteur Alain Denault a déclaré publiquement que Québecor se livre à de l'évasion fiscale.

«Alain Denault prétend que vos compagnies ont eu affaire à des paradis fiscaux que sont les Barbades ou d'autres destinations. Qu'est-ce qui en est? Clarifions la chose, M. Péladeau.»

«Je ne pense pas que ce soit utile que je parle de Québecor ici. Je ne suis plus chez Québecor. Je n'assume aucun poste de direction. Je pense que vraiment, c'est complètement hors sujet», a-t-il dit.

Le thème du débat, l'économie et les finances publiques, s'annonçait favorable à l'homme d'affaires. Dans ses remarques d'ouverture, il a repris le thème principal de sa campagne, l'indépendance, la présentant comme un moyen d'enrichir le Québec.

«Nous n'avons pas peur de la concurrence ici au Québec, a-t-il dit. Nous avons tous les outils et tous les instruments pour faire en sorte de réussir sur la planète.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer