Péladeau ne connaissait pas le groupe Groenland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si le député péquiste Pierre Karl Péladeau a demandé, à quatre reprises, que le groupe Groenland joue une chanson en français au cours de sa prestation au Festival de musique émergente, c'est parce qu'il ne connaissait pas la formation québécoise - qui n'a que des chansons en anglais à son actif.

«À un spectacle en Abitibi, il s'attendait à une chanson en français», a admis lundi son attaché de presse, Marc-André De Blois. Il a reconnu que le député de Saint-Jérôme ne connaissait pas le groupe Groenland avant le spectacle du 29 janvier, à Rouyn-Noranda.

En entrevue au 98,5 FM, plus tôt dans la journée, Pierre Karl Péladeau a déclaré avoir été «surpris» d'entendre les membres du groupe s'exprimer en français sur la scène.

Sur des images tournées par l'équipe de La Fabrique culturelle (une plateforme de Télé-Québec qui documentait l'ensemble du festival), on entend le député héler la chanteuse de Groenland, Sabrina Halde. «En français!», crie-t-il, à deux reprises avant que l'artiste ne l'entende. «Pardon?», demande-t-elle. En guise de réponse, Pierre Karl Péladeau répète: «En français! Une toune en français!»

«T'es à la mauvaise place! Sortez cet homme», répond Sabrina Halde sur un ton amusé.

«Moi, ma réaction a été: "Pauvre toi! Tu n'as pas choisi le bon show!" [...] T'es passionné par le français, ben moi aussi. Mais, ça a pas rapport avec ce que l'on fait!», a confié la chanteuse à Radio-Canada. «Ça m'a déstabilisé. C'est la première fois que quelqu'un crie cela dans l'un de nos spectacles. Je me suis dit: "Connaissais-tu le groupe?" On n'allait sûrement pas traduire la prochaine chanson!», a ajouté l'autre membre fondateur du groupe, le percussionniste et claviériste Jean-Vivier Lévesque.

Une foule étonnée

Dans la foule, la réaction a été de se demander qui était «le nono qui criait ça», selon l'ex-député libéral de Rouyn-Noranda Daniel Bernard. Ce dernier assistait au spectacle et il ignorait que la personne qui interpellait le groupe était Pierre Karl Péladeau. Il l'a appris le lendemain, en lisant les journaux.

«La foule a souri, parce qu'elle se demandait qui sortait ça. La plupart du monde a pensé que c'était quelqu'un qui avait pris un verre de trop», a-t-il relaté. Selon le libéral, Pierre Karl Péladeau souhaitait profiter des circonstances favorables que le responsable du Festival de musique émergente, Sandy Boutin, avait créées avant le début du spectacle. Il avait alors réitéré son appui au député de Saint-Jérôme dans la course à la direction du Parti québécois, en plus de servir un discours prosouveraineté.

«Probablement que M. Péladeau s'est dit que le moment était propice. [La présentation de M. Boutin] a dû le mettre dans une ambiance. Mais il s'est trompé», a analysé Daniel Bernard.

«C'est quelqu'un qui avait eu une longue journée. L'alcool n'est pas en cause», a répondu Marc-André De Blois, en insistant sur l'horaire chargé du député.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer