La députée péquiste Élaine Zakaïb démissionne

Élaine Zakaïb est la deuxième personne à quitter... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Élaine Zakaïb est la deuxième personne à quitter son siège de député depuis le scrutin général du 7 avril.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Moins de six mois après les élections générales, l'ex-ministre péquiste Élaine Zakaïb démissionne de son poste de députée de Richelieu. Elle dirigera la chaîne de magasins Jacob, un détaillant québécois en difficulté qui tente une relance.

Mme Zakaïb en a fait l'annonce à Sorel-Tracy, en après-midi. Elle a été élue pour la première fois en 2012. Sous le règne de Pauline Marois, elle a été ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique - un organisme qui n'a finalement jamais été créé. Mme Zakaïb a occupé diverses fonctions au Fonds de solidarité FTQ dans le passé.

Elle s'est retrouvée sur la sellette en début d'année lorsque la Commission Charbonneau a rendu publique une écoute électronique datant de 2009 dans laquelle elle affirme au président de la FTQ de l'époque, Michel Arsenault, que le Fonds FTQ bloquait des concurrents de l'entrepreneur Tony Accurso dans la région de Montréal à la demande de Jean Lavallée.

Avec le départ de Mme Zakaïb, l'équipe du Parti québécois à l'Assemblée nationale compte maintenant 29 députés.

C'est le deuxième élu à quitter son poste depuis les élections générales du 7 avril. Le caquiste Christian Dubé est devenu vice-président de la Caisse de dépôt et placement. Une élection partielle aura lieu le 20 octobre dans Lévis pour combler ce poste vacant.

Le gouvernement Couillard a six mois pour tenir un scrutin dans Richelieu.

La facture d'une élection partielle s'élève à environ 600 000 $.

Comme Christian Dubé, Élaine Zakaïb renonce à son allocation de transition de l'Assemblée nationale.

Philippe Couillard salue la contribution de Mme Zakaïb

Le premier ministre Philippe Couillard a pour sa part salué la contribution de Mme Zakaïb à la vie politique québécoise.

«Poser le geste de s'engager en politique, dans le contexte actuel, de vouloir soi-même s'extraire d'une position professionnelle confortable pour plonger dans le débat public, ça devrait être salué, quel que soit le parti politique», a-t-il souligné lundi matin.

Avec la collaboration de Martin Croteau

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer