Stéphane Dion salue la profession de foi de Drainville en faveur de la clarté

Stéphane Dion... (Photo CHRIS WATTIE, Reuters)

Agrandir

Stéphane Dion

Photo CHRIS WATTIE, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Stéphane Dion salue la position adoptée par le député péquiste Bernard Drainville en faveur de la clarté de la question référendaire.

Le député libéral fédéral de Saint-Laurent-Cartierville croit que la récente sortie de M. Drainville à ce sujet est un «développement positif» au sein du mouvement indépendantiste québécois.

«Il reconnaît que ça prend une question claire et c'est quelque chose d'important. Depuis le début, ce qu'a essayé de faire le Parti québécois, c'est de poser une question aux Québécois qui disait: «ne vous en faites pas, vous garderez le Canada, même si c'est par la porte arrière'. C'était une manipulation. C'est très bien que M. Drainville laisse tomber cette idée», a déclaré M. Dion en entrevue jeudi avec La Presse Canadienne.

Le député de Marie-Victorin s'est fait l'allié bien improbable du «père de la loi sur la clarté référendaire» à son retour d'un séjour de deux semaines en Écosse - où se tiendra un référendum sur l'indépendance en septembre. M. Drainville a en effet reconnu les mérites de la question simple et limpide posée aux citoyens de l'Alba, c'est-à-dire: «L'Écosse devrait-elle être un pays indépendant?»

La question écossaise, loin des formulations complexes sinon alambiquées des référendums de 1980 et de 1995 au Québec, a inspiré M. Drainville, un candidat éventuel à la direction du Parti québécois.

«Il n'y a personne en Écosse, à travers toutes les discussions que j'ai eues, qui s'est plaint que la question n'était pas claire», a confié M. Drainville il y a quelques jours au terme de son périple écossais. Il a ajouté que le mouvement souverainiste québécois - et au premier chef le Parti québécois - devra lui aussi s'assurer d'«être clair, autant sur la question que sur l'échéancier (référendaire)».

Pour M. Dion, la conversion de M. Drainville aux vertus d'une question claire sur l'indépendance est fort bienvenue, bien qu'elle arrive 14 ans après l'adoption de la loi fédérale sur la clarté.

«Je trouve que c'est un développement positif qu'un représentant important du mouvement indépendantiste québécois conclut qu'il faut une question claire. On aurait aimé que ce soit la conclusion dès le début mais mieux vaut tard que jamais», a-t-il noté.

Pour jouer franc jeu en vertu de la loi fédérale, le camp indépendantiste devra cependant accepter qu'Ottawa ait son mot à dire sur les modalités référendaires, a prévenu M. Dion, citant en exemple la collaboration entre les gouvernements de Londres et d'Édimbourg dans le processus en cours en Écosse.

M. Drainville a pris soin de souligner en entrevue qu'il n'en était pas là dans sa réflexion mais, selon le député fédéral, il devra tôt ou tard accepter la donne.

«Il n'est pas rendu là, donnons lui une chance, mais il faut qu'il y arrive parce que la sécession, pour être possible, supposerait un accord (avec le gouvernement fédéral), comme il devra y avoir une négociation à la suite d'une victoire des nationalistes écossais (...) C'est quelque chose qu'on n'a jamais pu obtenir du mouvement indépendantiste québécois et des leaders péquistes et le premier geste que vient de poser M. Drainville est à saluer, c'est un geste dans le bon sens», a-t-il dit.

La loi sur la clarté référendaire, adoptée en 2000, pose deux conditions pour qu'Ottawa reconnaisse la légitimité d'un référendum «gagnant» sur la souveraineté: une question claire et une majorité claire. Les deux conditions et leur définition sont l'objet de vifs débats autant chez les fédéralistes que chez les souverainistes.

En fin de journée, jeudi, le député péquiste a répliqué sur son compte twitter à son vis-à-vis fédéral.

Il appartiendra à l'Assemblée nationale et non aux Communes de juger de la clarté de la question et de la majorité requise, a fait valoir M. Drainville.

«Soyons clairs, c'est Québec qui décidera de la clarté de la question, pas Ottawa. Une réponse claire  50 pour cent plus un», a-t-il écrit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer