Yves-François Blanchet confie sa déception

Yves-François Blanchet... (Photo: Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Yves-François Blanchet

Photo: Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Quéebec) Même s'il salue plusieurs avancées sous son gouvernement péquiste, le ministre sortant du Développement durable, Yves-François Blanchet, regrette que l'environnement ait été traité «plus à la pièce que dans une vision d'ensemble», et qu'il ait parfois été perçu «comme un obstacle».

«Il faut dire que des gens prennent parfois le téléphone pour appeler dans les officines du gouvernement. Ils agitent des spectres en parlant de dangers économiques, et un gouvernement minoritaire est plus sensible à de telles pressions», précise M. Blanchet, qui a été défait dans Johnson.

M. Blanchet était ministre responsable du Centre-du-Québec et de la Mauricie. Dans une lettre adressée hier aux citoyens de sa région, il a salué plusieurs décisions du gouvernement Marois, qui a fermé la centrale nucléaire Gentilly-2, annulé le prêt à la dernière mine d'amiante du Québec, déposé un projet de moratoire sur le gaz de schiste, préparé un projet de loi pour protéger les milieux humides et lancé un projet d'électrification des transports. Il s'agit d'avancées par rapport au précédent gouvernement libéral. Et contrairement à certaines promesses irréalistes de Québec solidaire, selon lui, ce sont des gains concrets. «Mais un certain nombre de décideurs de notre gouvernement avaient le vieux réflexe de voir l'environnement comme un accessoire, ou parfois comme un obstacle, ajoute-t-il. Il faut avoir une vision intégrée du développement durable, et on ne s'en est pas assez approché.»

Pour respecter la «solidarité ministérielle», il ne veut pas nommer de collègue ou de dossier spécifique.

M. Blanchet était, comme ses collègues, en faveur de l'exploration du pétrole de schiste à Anticosti. «Il y avait deux courants de pensée pour ce projet» au Parti québécois (PQ), dit-il. Le premier: y voir «un projet fondamentalement économique auquel on colle le mot environnement, pour rééquilibrer les finances publiques». Le second, dans lequel il s'inscrit: «Y voir un revenu potentiel - je dis bien potentiel - pour financer la transition vers d'autres formes d'énergie et se libérer de notre dépendance au pétrole.» C'est ce qu'il appelle «utiliser le pétrole pour combattre le pétrole».

M. Blanchet était à l'aise avec l'inversion du flux de l'oléoduc Enbridge 9B, qui acheminera du pétrole de l'Ouest aux raffineries de Montréal. «L'oléoduc existe déjà. Il s'agissait de protéger des emplois», dit-il. Le projet était aussi de compétence fédérale.

Mais il était beaucoup plus frileux par rapport au projet TransCanada, qui nécessite la construction d'un nouvel oléoduc. «Le potentiel de création d'emplois est assez marginal, et il faut regarder l'impact environnemental d'un port qui serait installé à Cacouna.»

La «très intéressante» politique industrielle déposée par le gouvernement Marois l'automne dernier aurait pu «faire plus de place» aux technologies vertes, croit-il. «La Chine et l'Inde, pour des raisons de santé publique évidentes, ont besoin de technologies environnementales. Il faut occuper ce marché.»

Un mandat pour le référendum

Pour faire un référendum, le PQ «devra en avoir obtenu le mandat en s'y engageant en campagne électorale», croit M. Blanchet. Et à cause du manque d'appui dans la population, le PQ aurait dû, selon lui, promettre le contraire ce printemps. «Il aurait fallu dire: on ne fera pas de référendum.» Ce qui n'empêcherait pas le parti de continuer d'en parler pour faire avancer l'idée, précise-t-il.

«Rien dans mes propos qui est une critique de ma chef. Elle ne peut pas changer le programme du parti», insiste-t-il. La semaine dernière, il a toutefois sévèrement critiqué l'entourage de Pauline Marois, qui a maintenu le flou sur le référendum même après le poing levé de Pierre Karl Péladeau, ce qui a permis au Parti libéral d'enfoncer ce clou chaque jour de la campagne. «Le piège était béant, mais nous n'avions pas à y tomber.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer