«L'hospitalisation gratuite est là pour rester», assure Hébert

Réjean Hébert... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Réjean Hébert

Photothèque La Presse

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, exclut que la tarification des chambres en hospitalisation soit établie en fonction du revenu des patients.

« Je tiens à rassurer la population : l'hospitalisation gratuite est là pour rester et la tarification des chambres en fonction des revenus n'est pas une option », a indiqué M. Hébert par voie de communiqué.

Le Ministère a mis sur pied un comité pour se pencher sur la question de la facturation des chambres. Aujourd'hui, l'hospitalisation en « salles », qui peuvent accueillir jusqu'à quatre patients, est gratuite. Ceux qui veulent une chambre à un ou deux lits doivent payer des frais supplémentaires.

Québec reçoit annuellement 60 millions de dollars grâce à cette tarification.

Or, les chambres à un lit se multiplient dans les hôpitaux, et le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ainsi que le Centre hospitalier universitaire de l'Université de Montréal (CHUM) - aujourd'hui en construction - n'abriteront aucune salle.

Pour pallier cette situation, le Ministère a envisagé la tarification des chambres en fonction du revenu, selon un reportage diffusé plus tôt cette semaine à Radio-Canada.

Or, le ministère Hébert met le holà à cette idée.

« L'accessibilité et l'universalité des soins de santé sont un principe fondamental de notre système de santé au Québec. De ce fait, il est essentiel qu'il y ait une offre de chambres gratuites dans les hôpitaux et cela continuera d'être le cas, y compris pour les nouveaux établissements actuellement en construction, comme le CHUM et le CUSM », a affirmé le ministre Hébert.

Le comité mis sur pied par le Ministère doit remettre son rapport d'ici un an.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer