Perquisitions au PLQ annulées en 2012

Les perquisitions qui ont eu lieu au Parti libéral du Québec cet été étaient... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les perquisitions qui ont eu lieu au Parti libéral du Québec cet été étaient programmées à l'origine pour juin 2012, alors que le gouvernement Charest était encore au pouvoir. Or, ces perquisitions ont été annulées pour des raisons inconnues.

C'est ce que l'on apprend dans les affidavits rédigés en juillet 2013 par un enquêteur de l'UPAC (escouade Marteau) de la Sûreté du Québec en vue d'obtenir des nouveaux mandats de perquisition du siège social du PLQ, rue Waverly à Montréal.

L'enquêteur écrit ceci: «Le premier mandat a été autorisé le 1er juin 2012 [...]. Il n'a pas été exécuté puisque pour des raisons opérationnelles et organisationnelles, l'exécution a été reportée ultérieurement».

Questionnée par La Presse, Anne-Frédérick Laurence, porte-parole de l'UPAC a nié toute ingérence politique. Elle explique qu'il s'agissait plutôt d'une stratégie d'enquête, sans vouloir élaborer davantage.

Il faut se rappeler qu'à l'époque, les rumeurs d'élections générales allaient bon train. Celles-ci ont finalement été déclenchées par Jean Charest  le 1er août suivant. 

Les policiers ont finalement frappé en juillet dernier, dans la discrétion la plus totale, alors que toute l'attention médiatique était dirigée sur le drame de Lac-Mégantic.

Dons et influence 

Dans les mêmes documents dont les scellés viennent d'être levés partiellement à la suite d'une procédure judiciaire entreprise conjointement La Presse, Radio-Canada et Le Devoir, on apprend aussi que les enquêteurs s'intéressent surtout à un système de financement occulte au PLQ ainsi qu'à une activité de financement de Nathalie Normandeau en 2008 à Québec.

L'enquêteur de l'UPAC recense six chefs d'accusation potentiels contre une dizaine d'individus visés par cette enquête baptisée «Projet lierre». 

Là encore, autant les infractions que les noms sont masqués.

Les documents ultra-caviardés permettent néanmoins de comprendre que les enquêteurs s'attaquent à un «système» au sein du PLQ qui fait en sorte que  «l'octroi» de contrats «est le résultat «d'un exercice d'influence». On évoque aussi les «objectifs de financement» imposés par le parti qui ouvriraient la voie à du financement occulte et sectoriel. Le stratagème décrit par les policiers passe par l'utilisation «d'employés de ces entreprises» voulant ultimement obtenir des contrats lucratifs.

En 2009, le PLQ avait reconnu que chaque ministre devait amasser 100 000 $ par année. Dans le cas des députés, ce montant serait de 40 000 $. 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer