Exclusif

Terres rares: Québec veut soumettre les projets miners au BAPE

Le ministre de l'environnement, Yves-François Blanchet.... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre de l'environnement, Yves-François Blanchet.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Les projets controversés de mines de terres rares pourraient être rapidement examinés par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Québec songe à adopter un règlement pour les soumettre à cet exercice sans devoir adopter une loi, a appris La Presse.

«J'envisage une démarche en ce sens, confirme le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet. Il y a clairement urgence à cet égard. Ça bouillonne dans l'opinion publique.»

Il n'existe pas encore au Québec de mine de terres rares - un minerai utilisé en électronique. Matamec Explorations prépare toutefois un projet au Témiscamingue. Elle rejetterait des résidus radioactifs. Des citoyens craignent qu'ils soient transportés par les résidus et le ruissellement d'une rivière voisine. Le promoteur assure le contraire.

Le volume de la mine serait inférieur à 7000 tonnes par jour. Selon la loi actuelle, elle ne serait donc pas examinée par le BAPE. La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, prépare une nouvelle loi sur les mines, qui forcerait tous les projets à être examinés par le BAPE. La réforme de l'ancien gouvernement libéral, morte au feuilleton l'année dernière, proposait la même chose.

Mais l'étude détaillée du projet de loi n'a pas commencé. Celui-ci pourrait être bloqué par l'opposition libérale et caquiste, en raison d'autres éléments qui mécontentent l'industrie. Et si des élections sont déclenchées en novembre, la réforme mourra encore une fois au feuilleton.

M. Blanchet ne veut pas parler de ces «rumeurs», qui n'influencent pas sa réflexion, dit-il. Mais il reconnaît qu'à moins d'un changement de cap de l'opposition, la réforme de Mme Ouellet ne sera pas adoptée dans les prochaines semaines. Et que pendant ce temps, le projet de Matamec échappera au BAPE. Il songe donc à adopter un règlement - ce qui se fait par un simple décret du Conseil des ministres, sans vote. «Il serait possible d'accélérer le processus, d'autant plus que l'entreprise n'y est pas hostile. J'ai le sentiment qu'on pourrait aller de l'avant dans quelques semaines», explique-t-il.

Matamec s'est déjà dite prête à défendre son projet devant le BAPE. La société junior s'est préparée à cet exercice prévu dans le projet de loi. Elle a d'ailleurs déjà conclu deux ententes avec des communautés autochtones voisines.

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine craint que l'opposition bloque le projet de loi. Elle a écrit à la première ministre Marois pour lui demander d'adopter un règlement qui forcerait tous les projets miniers à être examinés par le BAPE. «Le cas des terres rares me semble particulier, a réagi M. Blanchet. Jusqu'à quel point peut-on adopter des règlements par crainte qu'une loi ne passe pas? Il faut faire attention.»

Le projet de Matamec

> Mine à ciel ouvert de terres rares

> Encore à l'étude de faisabilité

> Projet de 374 millions

> Création de 400 emplois directs et indirects durant l'exploitation

> Retombées économiques annuelles de 61,9 millions, selon un rapport de KPMG-SECOR

> 1,3 km de longueur, 300 m de largeur

> Situé dans le Témiscamingue, au nord de la rivière Kipawa, une rivière qui se déverse dans un lac situé au sein d'un parc national.

> L'usine de traitement et le parc de résidus seraient respectivement situés à 6 km et 10 km de la rivière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer