Exclusif

Québec songe à retirer le crucifix de l'Assemblée nationale

Maurice Duplessis avait fait installer un crucifix au... (Photo: PC)

Agrandir

Maurice Duplessis avait fait installer un crucifix au Salon bleu de l'Assemblée nationale en 1936 pour témoigner des liens étroits entre l'Église et l'État.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Montréal ne deviendra pas le gruyère de la laïcité. Au-delà d'une période de transition, les universités, municipalités et hôpitaux ne seront plus autorisés à se soustraire de l'application de la Charte des valeurs. Mais par souci de cohérence, le gouvernement Marois proposera aussi qu'on retire le crucifix du Salon bleu de l'Assemblée nationale.

C'est pour tenir compte tant des courriels reçus par son ministère que de l'opinion de l'ancien chef Jacques Parizeau que le gouvernement Marois s'y résignera, indiquent des sources fiables. La position des évêques, qui ont approuvé publiquement un éventuel retrait du crucifix, aura été déterminante.

Par souci de cohérence, un État laïque ne pourrait afficher ce signe religieux au-dessus de la tête du président. Maurice Duplessis l'y avait fait placer en 1936 pour témoigner des liens étroits entre l'Église et l'État.

Pas d'exception pour les élus

On verrait aussi disparaître l'exception accordée aux élus, qui pouvaient porter des signes ostentatoires dans la première version la Charte, une observation qui revenait souvent dans les courriels des citoyens reçus par gouvernement.

C'est un projet plus contraignant que proposera le ministre Bernard Drainville à ses collègues, en faisant le bilan des 25 000 courriels reçus de la part des citoyens sur le projet rendu public il y a un mois. La discussion doit s'amorcer aujourd'hui au Conseil des ministres, mais elle ne se conclura que dans deux semaines, au retour de la semaine de relâche pour l'Action de grâce. Cette semaine-là, les ministres péquistes tiendront, outre la réunion du mercredi, une seconde réunion, le vendredi, pour parler stratégie.

La Presse avait indiqué la semaine dernière que le gouvernement était agacé par les conséquences inattendues du «droit de retrait» annoncé dans son projet de charte. À peine Bernard Drainville avait-il rendu public son projet que déjà plusieurs municipalités et établissements d'enseignement de la région de Montréal signifiaient leur intention de s'y soustraire. Ce pouvoir étant renouvelable, il aurait rendu l'application de ces mesures bien aléatoire dans la métropole.

La nouvelle mouture, qui cheminera sous peu dans les comités ministériels, met fin à ce droit de retrait. On prévoit une période de transition pour permettre aux établissements de s'adapter aux nouvelles dispositions, une période de cinq ans, indique-t-on généralement. Certains croient même qu'elle devrait être ramenée à trois ans seulement. Le ministre Drainville avançait au pas de charge et a refusé de répondre aux questions de La Presse, hier. Jusqu'ici, M. Drainville et son collègue Jean-François Lisée se sont contentés de commentaires très généraux sur les orientations envisagées par Québec, au lendemain des prises de position de MM. Parizeau et Bouchard.

Les avis de Parizeau et Bouchard ignorés ?

Mais sur Facebook, hier, M. Drainville donnait à penser que Québec ferait fi des propositions de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard, pour qui le port de signes religieux ostentatoires ne devait être interdit qu'aux fonctionnaires qui incarnent le pouvoir de l'État, les juges, les policiers et les gardiens de prison.

«Au Québec, on doit tous être traités également et équitablement, peu importe notre origine ou notre statut social, peu importe nos convictions politiques, morales ou religieuses. C'est pourquoi nous voulons affirmer la neutralité religieuse de l'État avec la Charte des valeurs québécoises», a souligné le ministre de l'Identité.

Certains éléments semblent toujours en suspens. Ainsi, on veut interdire le port de signes religieux à l'ensemble des fonctionnaires, des professeurs et des employés de CPE, même ceux qui n'ont pas de contacts avec le public. Mais certains, au sein de l'appareil public, à Québec, suggèrent qu'on reconnaisse aux fonctionnaires actuels un droit acquis de sorte qu'ils puissent conserver leurs attributs religieux. Les nouveaux employés, toutefois, ne se verraient pas accorder le même droit, ayant adhéré à la fonction publique en toute connaissance de cause. Cette solution, attrayante en apparence, soulève toutefois des problèmes d'application.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer