Jean-Martin Aussant quitte la vie politique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Option nationale (ON) se cherche un chef, et aucun successeur naturel ne semble se dégager.

Jean-Martin Aussant a annoncé aujourd'hui qu'il quittait son poste de chef du parti et abandonnait la politique active, le temps de voir grandir ses jumeaux de deux ans. Ce départ entraîne celui de la directrice générale du parti, Sarah Désilets-Rousseau, et de la directrice des communications, Nellie Brière. Elles quitteront le 29 juin, après le prochain Conseil national.

En conférence de presse, M. Aussant a assuré que le coeur y est toujours. «Mon message est fort simple: continuez! La souveraineté est incontournable et nécessaire.»

La présidente du parti, Nathaly Dufour, assurera l'intérim mais elle ne se présentera pas pour devenir la chef. «Un congrès se tiendra le plus tôt possible», a-t-elle dit.

La première ministre Pauline Marois a pris le téléphone aujourd'hui pour parler à celui qui avait claqué la porte de son caucus et demandé sa démission en juin 2011. «Je veux lui témoigner tout simplement mon respect, lui souhaiter bonne chance pour la suite des choses. Et je suis persuadée que peu importe où nous nous retrouverons l'un et l'autre, il continuera sûrement à défendre avec autant de passion et de conviction notre projet de pays», a-t-elle indiqué par la suite aux médias.

Elle n'a pas voulu commenter les conséquences sur le mouvement souverainiste. «Il y a une place, si l'on veut travailler à la souveraineté, où les gens sont tous les bienvenus, et c'est au Parti québécois», a-t-elle simplement rappelé.

Sur son départ du Parti québécois (PQ) et la fondation de ce parti il y a deux ans qui a contribué à diviser les votes souverainistes, M. Aussant persiste et signe. «Je n'ai aucun regret, dans la mesure où aucun parti n'est prêt à faire une élection avec la souveraineté pour thème principal.»

M. Aussant  a notamment remercié Jacques Parizeau, Pierre Curzi et Lisette Lapointe. Il a été particulièrement ému en remerciant ceux qui ont voté pour son parti.

Lors du congrès d'Option nationale de mars, les membres avaient renouvelé à 97 % leur appui à M. Aussant et lui avait voté un salaire de 87 000 $.

Son départ ne met pas le parti en péril, assure M. Aussant, convaincu que les militants adhéraient surtout aux idées d'Option nationale.

Son départ s'explique vraiment par l'impossibilité, à son avis, de conjuguer la vie politique et familiale. Il assure n'avoir pas reçu d'offre particulière qui expliquerait son départ.

Avant de devenir député du Parti québécois en 2008, M. Aussant travaillait en finances et il n'écarte pas l'idée de revenir dans cette voie. Il signale cependant que ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne revienne à la politique.

Qui prendra le relais ?

Aucun successeur naturel ne semble se dégager, selon ce que rapportent les membres du Conseil national à qui nous avons parlé. Tous promettent de garder le fort, mais personne n'était capable de nommer un candidat pressenti à la course à la direction. «Honnêtement, je ne sais pas. On va se voir cette semaine, on va se parler», dit Catherine Dorion, candidate dans Taschereau aux dernières élections. Elle a repris les mots de Jacques Parizeau au lendemain de la deuxième défaite référendaire. «On se crache dans les mains et on recommence.»

Ce sera «tout un défi» de trouver un successeur, avoue Paolo Zambito, candidat dans Bourget. Le nouveau chef «idéal» selon lui: une personne expérimentée qui a déjà siégé à l'Assemblée nationale. Ancien attaché politique au Parti québécois, il précise ne pas avoir lui-même assez d'expérience.

Nic Payne, candidat dans Mercier et lui aussi membre du conseil national, dit «ne pas avoir en tête de nom de candidat» pour la course à la direction du parti. «Ça prendra bien sûr quelqu'un qui place l'indépendance au sommet de ses priorités», rappelle-t-il, comme ses autres collègues.

Jocelyn Desjardins, qui a démissionné du Nouveau mouvement pour le Québec après avoir constaté l'impossibilité d'unir les forces indépendantistes, regrette lui aussi le départ de M. Aussant. «On a tout essayé, moi dans les mouvements citoyens, et lui dans l'action politique, pour relever l'indépendantisme. Mais la conviction timide de Mme Marois envers l'indépendance a découragé des forces qui gagnaient en vivacité», dit M. Desjardins.

Camil Bouchard, ex-député péquiste, souhaite que le jeune parti survive au départ de son chef. «C'est un choc, un deuil, c'est évident. Il y aura une phase de déni, puis peut être de frustration. Mais il faut continuer ce travail. En peu de temps, Jean-Martin a mobilisé des milliers de gens, surtout des jeunes, à la cause indépendantiste», souligne M. Bouchard, membre à la fois du PQ et de ON, qui rappelle ne plus vouloir faire de politique partisane.

___________________________________________

La lettre de démission de Jean-Martin Aussant

Chers amis, 

Il y a maintenant cinq ans que je suis en politique active, d'abord comme candidat à l'investiture, député à l'Assemblée nationale puis, depuis environ deux ans, chef d'Option nationale.

Les deux dernières années ont été toutes particulières puisque, en parallèle à la fondation du parti, il y a eu aussi la fondation d'une famille, avec l'arrivée de mes deux enfants. J'ai cru au départ qu'il serait possible, avec de la volonté et beaucoup de travail, de mener les deux chantiers de front. Je me rends maintenant compte qu'il est pénible de conjuguer ces deux projets sans devoir inévitablement en négliger un pour s'occuper de l'autre. Et trop souvent, c'est la famille qui tombe dans la première catégorie. 

J'ai donc pris la difficile décision de me retirer de la vie politique, le temps que ma situation familiale soit plus propice à un engagement aussi intense et entier que celui de faire de la politique active. Nos statuts prévoient que notre présidente, Nathaly Dufour, assure l'intérim jusqu'à ce qu'une course à la chefferie soit organisée. J'ai confiance qu'elle remplira ce mandat de main de maître. 

Je tiens à souligner que, contrairement à l'habituelle formule du « coeur qui n'y est plus », mon coeur y est toujours à 100 %. C'est la réalité personnelle et familiale qui est la mienne qui m'incite à prendre cette très difficile décision. 

N'oubliez jamais que ce parti est votre parti. Vous l'avez bâti et vous y êtes chez vous. Je vous invite à continuer à agrandir la demeure et à l'embellir à votre goût. Je suis fier d'avoir pu y contribuer avec vous au meilleur de mes capacités ces deux dernières années, et je serai toujours content d'y revenir quand les occasions se présenteront, pour revoir ceux qui rendent la maison si vivante et prometteuse depuis que la première pierre fût posée.

Option nationale a plus que jamais raison d'être. Quand la moitié d'une population se prononce en faveur de la souveraineté lors d'un référendum, il serait insensé qu'aucun parti politique ne travaille activement à faire progresser cet appui au-delà du 50 %. Dans le paysage politique actuel, seule Option nationale le fait.

Derrière la nouvelle de ce matin qui en attristera peut-être certains, je vois une formidable occasion, pour tous les leaders naturels que j'ai rencontrés ces derniers temps, de se signaler et de faire en sorte que se poursuive le magnifique projet qu'est Option nationale depuis sa fondation.

Laissez-moi vous rappeler quelques faits : en quelques mois, en pleine période de cynisme politique ambiant, un tout nouveau parti réussit à recruter 8 000 membres; il réussit à présenter 120 candidats, dans toutes les régions du Québec; il réussit à recueillir plus de 80 000 votes à sa première élection malgré ses moyens limités et plusieurs appels au vote stratégique; et il réussit à doubler son niveau d'appui dans les sondages depuis cette première élection. À mes yeux, un tel parti peut et doit continuer à faire progresser la cause qui l'a vu naître.

Depuis sa fondation, Option nationale a intéressé pour la première fois des milliers de gens à la politique et à la souveraineté, en bonne partie des jeunes. Une telle réussite vaut de l'or pour une société. L'espoir qu'incarne Option nationale pour tous ces gens doit se poursuivre. Le Québec en a besoin. 

Merci du fond du coeur à vous, militants et bénévoles et à vous, officiers du parti, ainsi qu'à tous les formidables candidats qui se sont levés partout au Québec. Vous êtes l'avenir.

Mon message aux souverainistes est fort simple : continuez, vous avez raison. La souveraineté est incontournable et nécessaire et le destin naturel de la nation québécoise est de pouvoir décider elle-même de ce qu'elle devient et de comment y arriver. Lois, impôts, traités, voilà ce que toutes les nations du monde devraient pouvoir contrôler elles-mêmes.

Je continuerai toujours à faire avancer l'idée de souveraineté à chaque occasion qui se présentera, et c'est en faisant tout de même, auprès de nos familles, de nos amis, de nos voisins, de nos collègues, qu'on y arrivera.

Je prends aujourd'hui cette décision avec le coeur lourd, mais je vous regarderai aller avec intérêt et, j'en suis certain, avec fierté devant les résultats de votre travail. Le Québec mérite sa souveraineté, nous le savons tous. J'espère avoir contribué à ma façon à l'en rapprocher. Du moins, je m'y suis dévoué entièrement.

J'aurais voulu nommer les centaines de personnes avec qui j'ai eu le bonheur de collaborer et qui méritent toute ma reconnaissance. Sachez que je me souviens de vous et que nous nous reverrons, la cause est trop importante.

Ce n'est qu'un au revoir pour la suite des choses. D'ici là, bon travail mes amis.

Jean-Martin Aussant

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer