Le drapeau du Canada de retour au Salon rouge

Lundi, le drapeau canadien brillait par son absence... (Photo Le Soleil)

Agrandir

Lundi, le drapeau canadien brillait par son absence au Salon rouge...

Photo Le Soleil

Partager

(Québec) Ce que certains ont ironiquement baptisé le «drapeaugate» se poursuit. Le drapeau canadien était de retour au Salon rouge, ce matin. Mais on ne sait pas s'il y restera.

Pour l'assermentation de ses 54 députés, lundi, le Parti québécois a demandé au service du protocole de retirer le drapeau canadien du Salon rouge. Il n'y avait donc que le drapeau du Québec. Comme aucune demande particulière n'a été faite ce matin, le service du protocole a remis l'unifolié en place pour l'assermentation des 19 députés de la Coalition avenir Québec.

Un parti peut demander le retrait du drapeau pour une cérémonie qui ne concerne que lui. Mais pour les travaux parlementaires et les autres activités, la décision relèverait du Bureau de l'Assemblée nationale (BAN) et non du gouvernement. Le service des communications de l'Assemblée n'était toutefois pas en mesure de donner une réponse catégorique à ce sujet mardi. Elle a seulement réussi à trouver un précédent, qui remonte à 1989. Une demande sur l'unifolié avait été faite au président de l'Assemblée. Il l'avait refilée au BAN, se contente-t-on d'indiquer.

La composition du BAN, dans la nouvelle législature, n'est pas encore connue. Le gouvernement du Parti québécois est minoritaire. Or, le PQ a confirmé à La Presse qu'il détiendra cinq des neuf sièges au BAN. Sous le dernier gouvernement minoritaire en 2007, les libéraux détenaient aussi la majorité des sièges au BAN. La composition du bureau peut être modifiée par une entente entre les partis.

Lundi, le drapeau canadien brillait par son absence... (Photo Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Lundi, le drapeau canadien brillait par son absence au Salon rouge...

Photo Le Soleil

Dans l'entourage de Pauline Marois hier, on ne savait pas si on remettrait l'unifolié au Salon rouge ou si on l'en retirerait tant pour les travaux parlementaires que pour les cérémonies protocolaires.

Lors de leur assermentation, des députés libéraux ont dit qu'ils étaient heureux de voir l'unifolié. La CAQ indique que ce sujet ne devrait pas être une priorité. «Ce n'est pas une priorité de faire une guerre de drapeaux», a dit son chef François Legault.

Rien d'inhabituel

Même si la demande du PQ a soulevé une controverse dans le reste du Canada, elle n'est pas inhabituelle. Depuis 1994, l'unifolié est toujours retiré du Salon rouge pour l'assermentation des députés péquistes. En 2007, l'Action démocratique du Québec l'avait elle aussi retiré.

La présence du drapeau est récente dans l'histoire de l'Assemblée nationale. C'est après l'élection du PQ en 1976 que le fleurdelisé est apparu pour la première fois au Salon bleu, où siègent les députés pour la période des questions et les travaux courants. Le premier ministre René Lévesque en a ensuite placé un aussi dans le Salon rouge, où se déroulent notamment les cérémonies protocolaires et les commissions parlementaires. Le drapeau du Canada est apparu pour la première fois dans le Salon rouge à la fin des années 80 sous le premier ministre libéral Robert Bourassa. Le gouvernement Parizeau l'a retiré en 1994 pour l'assermentation de ses députés. Il ne l'a pas replacé durant son mandat. Son successeur, Lucien Bouchard, a maintenu cette pratique.

À son élection en 2003, Jean Charest a remis l'unifolié au Salon rouge. Quand il était dans l'opposition, lors de l'assermentation de ses députés, le PQ l'a retiré temporairement, et le gouvernement libéral l'a ensuite replacé. Dans son discours hier, Mme Marois a indiqué qu'elle voulait en «finir avec la politique de division». Elle n'a pas parlé de souveraineté.

Pour pouvoir siéger, tous les députés, y compris les souverainistes, doivent prêter serment d'allégeance à la monarchie britannique en ces termes: «Je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la reine Élisabeth II.» Chaque député doit aussi promettre d'être «loyal envers le peuple du Québec» et d'exercer ses fonctions «avec honnêteté et justice, dans le respect de la constitution du Québec».

Le PLC dénonce, le PCC et le NPD prennent leurs distances

À Ottawa, le Parti libéral du Canada et quelques voix isolées au Parti conservateur ont dénoncé cette absence de drapeau à l'Assemblée nationale. Mais le gouvernement et l'Opposition officielle ont préféré garder leurs distances face au débat.

«On va se tenir loin des vieilles querelles de drapeau, a déclaré le ministre de l'Industrie et lieutenant du Québec de Stephen Harper, Christian Paradis. Je pense qu'est-ce dont les Québécois veulent entendre parler, c'est d'économie, de création d'emplois et c'est dans ce sens-là qu'on va dialoguer.»

Plusieurs de ses collègues, dont le ministre du Patrimoine James Moore, ont été encore moins volubiles que lui: «Pas de commentaire», ont-ils décliné sur plusieurs tons.

Au NPD, le député ontarien Charlie Angus a été encore plus catégorique: «N'avez-vous jamais vu un gouvernement du PQ avant? Franchement!» a-t-il lancé lors d'un point de presse où il s'est fait talonner sur le sujet.

«Nous n'allons pas continuer à jouer ce jeu-là. Nous n'allons pas tomber dans le piège de la politique de division», a-t-il martelé.

La réponse était différente au PLC, où les députés Stéphane Dion et Marc Garneau ont dénoncé le geste du PQ à l'Assemblée nationale. M. Garneau, un ancien astronaute et militaire, a rappelé son attachement au drapeau canadien. «C'est regrettable, a-t-il dit. Ce n'est pas la première fois que ça arrive et ce serait bien si le drapeau était là.»

Le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé, a quant à lui perçu cette situation comme étant «tout à fait normale» dans le contexte d'un gouvernement souverainiste.

«C'est un geste d'assumation de ses politiques, a-t-il tranché. Quand le gouvernement du Québec est fédéraliste, il rajoute le drapeau canadien parce que nous sommes encore dans le Canada. Mais quand on a un gouvernement souverainiste, on assume notre politique de souveraineté.»

Avec Hugo de Grandpré

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer