Les dissidents du Bloc songent à devancer un vote de confiance

Gabriel Ste-Marie (au micro).... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Gabriel Ste-Marie (au micro).

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Saba
La Presse Canadienne

Les sept députés démissionnaires du Bloc québécois se rencontreront au cours des prochains jours pour notamment étudier une façon de devancer la tenue d'un vote de confiance qui pourrait mener à la destitution de la chef du parti, Martine Ouellet, a appris La Presse canadienne.

Le groupe qui a claqué la porte en milieu de semaine s'est promis de ne pas faire de déclarations pour le moment, se contentant de constater dans un communiqué laconique publié samedi soir que «l'impasse perdure» et que «rien n'a changé».

À l'issue d'une longue réunion extraordinaire, le Bureau national du parti a renouvelé sa confiance envers Martine Ouellet, relancé l'invitation aux dissidents de réintégrer le caucus et indiqué qu'il était hors de question de les exclure.

Les élus siégeant désormais comme indépendants souhaitent devancer la tenue du vote de confiance sur le leadership de Martine Ouellet, qui est prévu à l'occasion du prochain congrès général en 2019, afin de la pousser vers la sortie.

«On va regarder comment par les structures on peut mettre de la pression sur elle», a expliqué une source proche du groupe des sept.

Les députés dissidents misent sur une disposition des statuts et règlements du Bloc québécois qui prévoit que le Bureau national de la formation politique doit convoquer un conseil général extraordinaire tout au plus 21 jours après avoir reçu des «résolutions provenant d'au moins 25 conseils exécutifs des organisations de circonscription».

Ils devraient ainsi s'assurer de compter sur l'appui de près du tiers des 78 circonscriptions.

À la suite de leur démission, Gabriel Ste-Marie, Luc Thériault, Rhéal Fortin, Michel Boudrias, Simon Marcil, Monique Pauzé et Louis Plamondon ont décidé de former le «Groupe parlementaire québécois».

Dans une lettre ouverte publiée dans les pages du quotidien Le Devoir vendredi, une vingtaine d'ex-députés bloquistes et l'ancien chef Gilles Duceppe ont demandé à Martine Ouellet de démissionner.

Les conseils exécutifs de deux circonscriptions ont aussi réclamé son départ pour faire passer «avant toute chose le bien supérieur du mouvement indépendantiste».

«Il faut maintenir la pression sur elle et faire en sorte que le plus grand nombre de circonscriptions demandent sa démission», a lancé l'ancien leader parlementaire du Bloc québécois, Pierre Paquette, qui n'est pas la source citée plus haut.

Le bloquiste craint que bien des membres «quittent le bateau soit formellement, soit avec leurs pieds» en se désintéressant de ce qui se passe au Bloc.

M. Paquette souhaite que l'étau se resserre sur Martine Ouellet. «Elle va finir par comprendre que la solution passe par son départ», a-t-il




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer