Des scientifiques pressent Ottawa d'éviter un «exode des cerveaux»

On rappelle dans le rapport Naylor que le... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

On rappelle dans le rapport Naylor que le Canada ne fait plus partie des « 30 pays qui dépensent le plus en recherche ».

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des scientifiques canadiens sont inquiets. Plusieurs mois après la publication du rapport Naylor sur le soutien fédéral aux sciences, ils ont multiplié les rencontres cet été à Ottawa pour presser le gouvernement d'appuyer une hausse de 1,3 milliard au budget annuel octroyé aux organismes subventionnaires de la recherche au pays. Sans cet investissement, certains craignent même «un exode des cerveaux».

«Nous ne voulons pas que le rapport soit tabletté. [...] Il nous faut un engagement significatif dans le prochain budget fédéral», dit sans détour Paul Davidson, président-directeur général d'Universités Canada.

Son organisme a organisé ces dernières semaines plus de 55 rencontres avec différents députés fédéraux pour qu'ils soutiennent les recommandations du rapport, qui avait été commandé par la ministre des Sciences, Kirsty Duncan.

Dans le rapport Naylor, considéré par la communauté scientifique comme l'un des plus complets à avoir été produits depuis 40 ans, on rappelle que le Canada ne fait plus partie des «30 pays qui dépensent le plus en recherche», que la concurrence internationale est féroce et qu'Ottawa doit redresser la barre en faisant passer de 3,5 milliards à 4,8 milliards l'enveloppe annuelle aux organismes subventionnaires en recherche pour retrouver la place qu'il occupait autrefois.

«Les gens s'inquiètent du niveau d'investissement requis», reconnaît M. Davidson, mais le contexte mondial actuel, alors que le Royaume-Uni a voté pour quitter l'Union européenne (qui finançait beaucoup de recherches) et que Donald Trump «met les laboratoires de recherche aux États-Unis sous pression», favorise l'arrivée de chercheurs de calibre international au pays, pour peu qu'on ait les moyens de financer leurs recherches.

«On n'a pas le choix»

Gilles Patry, le nouveau directeur général de l'organisme U15, qui représente les 15 grandes universités de recherche au pays, dit espérer malgré tout que le gouvernement va agir. «On n'a pas le choix, c'est aussi simple que ça», dit-il en entrevue.

Si on ne redonne pas des moyens financiers aux chercheurs et aux étudiants à la maîtrise et au doctorat, explique-t-il, le Canada pourrait connaître un exode des cerveaux.

La rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours, reconnaît à son tour que l'effort budgétaire est significatif, mais prévient le gouvernement que ne pas agir serait problématique.

«On sous-estime la vague technologique qui s'en vient et on sous-estime l'ampleur des besoins à venir. Les chercheurs pourront nous aider à jauger cette vague, à nous l'approprier et à définir des usages qui seront adaptés à nos défis de société», dit-elle.

En entrevue avec La Presse, la ministre des Sciences Kirsty Duncan réaffirme qu'elle appuie la majorité des recommandations du rapport Naylor, sans toutefois se prononcer sur les cibles exactes du financement requis, ce qu'elle a toujours refusé de faire depuis la publication du rapport Naylor.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer