Denis Lebel tire sa révérence

Le député conservateur de Lac-Saint-Jean, l'ancien ministre Denis Lebel, doit... (PHOTO ARCHIVES PC)

Agrandir

Le député conservateur de Lac-Saint-Jean, l'ancien ministre Denis Lebel, doit annoncer lundi matin qu'il quittera ses fonctions de député au terme de la présente session parlementaire.

PHOTO ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le député conservateur de Lac-Saint-Jean et ancien lieutenant politique de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, rentre dans ses terres après une carrière politique de 10 ans sur la scène fédérale.

M. Lebel, qui disait souvent à ses proches collaborateurs qu'il serait plus longtemps «Denis» que «ministre» pour illustrer qu'il comptait bien demeurer proche des gens même en exerçant le pouvoir au sein du gouvernement Harper, doit annoncer lundi matin dans sa circonscription qu'il quittera ses fonctions de député au terme de la présente session parlementaire, cette semaine, a appris La Presse.

M. Lebel, qui occupait les fonctions de chef adjoint par intérim du Parti conservateur depuis la défaite des troupes de Stephen Harper aux élections d'octobre 2015, devient ainsi le deuxième député conservateur influent à tirer sa révérence après la chef intérimaire Rona Ambrose maintenant que le Parti conservateur a un nouveau chef, Andrew Scheer, élu par les membres du parti le 27 mai à Toronto.

Pour l'heure, les projets de M. Lebel sont inconnus, a indiqué une source digne de foi qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

Député depuis 2007

Élu pour la première fois en 2007 à la faveur d'une élection partielle, Denis Lebel a remporté des victoires consécutives aux élections fédérales de 2008, 2011 et 2015. Durant les années de pouvoir du gouvernement Harper, l'ancien maire de Roberval a été ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités et ministre des Affaires intergouvernementales.

M. Lebel, qui rappelait à l'occasion à de proches collaborateurs que «c'est agréable d'être important, mais bien plus important d'être agréable», a aussi servi comme lieutenant politique de Stephen Harper au Québec pendant deux ans. Sous sa houlette, le Parti conservateur a pu faire des gains au Québec, remportant 12 sièges en 2015, soit sept de plus que lors du scrutin précédent. Le Québec est d'ailleurs la seule province où le Parti conservateur a fait des gains au dernier scrutin.

«À l'exception de Justin Trudeau, peu ou pas d'élus québécois ont eu autant d'impact et de responsabilités que Denis Lebel sur la scène fédérale au cours de la dernière décennie», affirme Yan Plante, ancien chef de cabinet de Denis Lebel.

« Sa motivation était de régler les dossiers, et plusieurs grandes réalisations portent sa signature. Sans lui, il n'y a pas de nouveau pont en construction à Montréal en ce moment», a témoigné dimanche M. Plante.

«Il a mis en place le plus important plan d'infrastructures de l'histoire du Canada quand il était en poste. Il a placé le développement économique régional au coeur de ses priorités. Les régions avaient une voix forte avec lui au cabinet. Comme lieutenant politique, il a fait plus que doubler le nombre de sièges au Québec après trois mandats conservateurs et un recul partout sauf au Québec pour le parti, un réel tour de force. Il a géré de main de maître l'action du gouvernement fédéral à l'égard du gouvernement péquiste de Pauline Marois. [...] C'est un des grands politiciens de la dernière décennie au Québec qui se retire. Je souhaite qu'il reçoive le salut qu'il mérite», a ajouté M. Plante, qui est aujourd'hui vice-président chez Argyle TACT Affaires publiques.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer