L'industrie du pot attire d'ex-ténors du PLC

D'ex-politiciens et anciens hauts dirigeants du Parti libéral... (photo Ivan Alvarado, archives reuters)

Agrandir

D'ex-politiciens et anciens hauts dirigeants du Parti libéral du Canada siègent aux conseils d'administration des plus importants producteurs de cannabis médical autorisés par Santé Canada.

photo Ivan Alvarado, archives reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'ex-politiciens et anciens hauts dirigeants du Parti libéral du Canada (PLC) siègent au conseil d'administration des plus importants producteurs de cannabis médical autorisés par Santé Canada. De plus, une quinzaine d'administrateurs de ces 43 producteurs autorisés sont des donateurs du PLC.

Certaines de ces entreprises ont au moins un directeur qui a eu, par le passé, des liens avec le Parti libéral du Canada.

Ces entreprises sont en position privilégiée pour participer au lucratif marché du cannabis récréatif qui s'ouvrira en 2018. Dans sa mouture actuelle, le projet de loi légalisant le cannabis prévoit que c'est le ministre fédéral de la Justice qui aura le pouvoir de «délivrer, renouveler ou modifier les licences de production» du cannabis récréatif. Le ministre pourra aussi dicter, par arrêté ministériel, «l'ordre d'examen des demandes» de licences qui sont soumises au Ministère.

Le cofondateur du seul producteur autorisé de cannabis médical au Québec, The Hydropothecary, Adam Miron, a été directeur national du PLC et directeur national des Jeunes libéraux du Canada.

Chez Aurora Cannabis, qui tente d'ouvrir une usine dans l'ouest de Montréal sur le boulevard Hymus, Chuck Rifici, qui a été directeur du conseil d'administration, a occupé les fonctions de chef des finances du PLC jusqu'à l'été dernier. M. Rifici était en poste au PLC lorsqu'il a cofondé Tweed, qui est devenu le plus important producteur de cannabis à des fins médicales au pays, avec une capitalisation boursière de plus de 1 milliard. Il a annoncé il y a quelques jours son départ d'Aurora, afin de lancer une nouvelle entreprise aidant les entrepreneurs de l'industrie de la marijuana à faire entrer leur société en Bourse.

L'ancien ministre de la Justice et député d'Outremont Martin Cauchon est pour sa part membre du conseil d'administration de DelShen Therapeutics, producteur de cannabis médical de Toronto qui a obtenu à la fin du mois de février sa licence d'exploitation de Santé Canada.

D'autres libéraux siègent aussi au conseil d'administration d'entreprises qui sont en attente de licences de production de Santé Canada. C'est le cas de l'ex-ministre libéral Herb Dhaliwal, membre du C.A. de National Green Biomed, et du sénateur Larry Campbell (nommé par Paul Martin), qui compte parmi les dirigeants de Vodis Pharmaceuticals.

Ces dernières années, l'ex-premier ministre libéral John Turner a aussi siégé au conseil d'administration de Muileboom Organics, entreprise ontarienne qui a aujourd'hui abandonné ses démarches pour obtenir un permis.

MM. Cauchon, Dhaliwal et Campbell n'ont pas voulu nous accorder une entrevue à ce sujet.

Licences données par les conservateurs

Les directions d'entreprises de cannabis médical contactées par La Presse pour discuter de leurs liens politiques avec le Parti libéral ont toutes souligné que c'est sous le règne du gouvernement conservateur de Stephen Harper que leurs licences ont été délivrées.

La chef intérimaire du Parti conservateur Rona Ambrose, alors qu'elle était ministre de la Santé, a attribué près d'une trentaine de ces licences en tout. Le Parti conservateur n'a cependant pas voulu faire de commentaire pour cet article.

Mme Ambrose et deux autres députés du caucus, Alex Nuttall et Blaine Calkins, font aujourd'hui l'objet d'une poursuite en diffamation de 100 000 $ intentée par Chuck Rifici, ancien trésorier du Parti libéral qui a cofondé Canopy Growth. 

En novembre dernier, les trois élus conservateurs ont laissé entendre que M. Rifici avait pu commettre des délits d'initié sur le titre de Canopy Growth en mettant la main, grâce à ses contacts chez les libéraux, sur le rapport du Groupe de travail sur la légalisation du cannabis plusieurs jours avant qu'il soit publié. Ces affirmations ont été faites dans l'enceinte du Parlement, où les élus jouissent d'une immunité, mais M. Rifici accuse les trois conservateurs d'avoir «participé à une série d'attaques personnelles coordonnées et calculées» en publiant ces «déclarations diffamatoires» sur les réseaux sociaux.

Le vice-président d'Aurora Cannabis Cam Battley, qui a lui-même travaillé pour l'ex-ministre conservateur Pierre Blais au début des années 90, assure qu'il n'y a aucun favoritisme possible dans le processus d'attribution des licences. «Personnellement, je n'ai plus de contacts dans la classe politique. Mais c'est sûr qu'une personne qui peut comprendre comment le gouvernement et la machine administrative fonctionnent, et surtout à quel point elle est lente, peut être un atout important dans cette industrie. Les gens qui ont travaillé dans la sphère politique connaissent cet univers», avance-t-il.

Larges pouvoirs au ministre de la Justice

La chef du Bloc québécois Martine Ouellet se montre cependant plus sceptique. «Ces entreprises sont en grosse campagne de lobbying auprès du gouvernement fédéral pour obtenir le droit de produire du cannabis pour le marché récréatif. C'est un marché énorme et très lucratif que le gouvernement s'apprête à ouvrir. Je pense que la présence de ces anciens libéraux au conseil d'administration de ces entreprises n'est pas un hasard», croit Mme Ouellet.

«Il n'y a aucune transparence, lance Mme Ouellet. À la lecture du projet de loi, on comprend que le gouvernement se garde toute la marge de manoeuvre pour pouvoir attribuer les permis par décret, sans discussion publique, sans consultation publique. Ça me trouble de voir qu'on pourrait laisser dans les mains d'un mini-groupe, qui semble être très lié politiquement au Parti libéral, l'essentiel des profits reliés à cette industrie.»

Un producteur crie au favoritisme

José Dominguez, producteur de cannabis de Sherbrooke dont l'entreprise attend depuis 2013 une licence de production médicale d'Ottawa, estime pour sa part que le système d'attribution des permis est marqué par du «favoritisme politique accoté». «C'est sûr que le fait d'avoir quelqu'un proche du pouvoir au sein de l'entreprise, c'est la clé», lance-t-il.

«Quand tu fais une demande de permis, il n'y a aucune façon de rencontrer en personne les fonctionnaires de Santé Canada. Il n'y a aucun lien physique possible. Tout fonctionne par internet. Les gars qui ont de bons contacts politiques sont très certainement mis au courant avant tout le monde quand les règlements sont amendés», croit-il.

Producteurs médicaux en bonne position

En avril 2016, la participation de dirigeants d'entreprises de cannabis médical à une activité de financement du PLC, où ils pouvaient payer pour avoir accès au secrétaire parlementaire responsable de la mise sur pied du projet de loi sur la légalisation, Bill Blair, a provoqué un certain malaise. Le Parti libéral avait annoncé par la suite qu'il allait rembourser les dons qu'il avait reçus de l'industrie du cannabis à cette occasion. «Le code du lobbyisme indique clairement que ces individus peuvent participer aux activités de financement, mais les dons seront retournés pour éviter les apparences de conflits d'intérêts», avait déclaré Craeden Caley, porte-parole du PLC.

Les 43 entreprises actuellement accréditées pour produire du cannabis médical sont en excellente position pour obtenir les licences de production récréative lorsque la légalisation sera faite. Leurs procédés de fabrication sont déjà approuvés par Santé Canada et tous les membres de leurs conseil d'administration détiennent obligatoirement une accréditation sécuritaire délivrée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

«C'est peut-être ce qui explique la présence d'un grand nombre de personnes qui ont eu des carrières publiques au sein de ces entreprises. Plusieurs élus qui ont occupé des postes sensibles sont déjà passés par le processus très long et rigoureux d'accréditation sécuritaire. Ça leur donne une sorte de longueur d'avance», avance Barinder Rasode, PDG du National Institute for Cannabis Health and Education (NICHE Canada), organisme parapluie qui travaille à la fois avec les demandeurs de licences de production, les États et les groupes de pression.

Selon elle, le gouvernement fédéral a plutôt fait preuve d'une grande prudence dans l'attribution des permis de production de cannabis. «Nous espérons que cette rigueur se maintiendra. Parce que lorsque la légalisation ira de l'avant en 2018, le gouvernement sera dans une course folle pour attribuer rapidement un grand nombre de ces licences. C'est à ce moment qu'on verra l'importance de maintenir les plus hauts standards», affirme-t-elle.

***

UN MARCHÉ LUCRATIF

Ventes de cannabis médical en 2016 : 400 à 500 millions

Marché projeté du cannabis récréatif

Au Québec : de 1,2 à 3,2 milliards

Au Canada : de 4,9 à 8,7 milliards

- Sources : Santé Canada, Canopy Growth, Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), Deloitte




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer