Équipement militaire désuet: «Des dizaines de milliards» seront nécessaires, selon Sajjan

Empêtré dans la controverse après s'être attribué à... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Empêtré dans la controverse après s'être attribué à tort le succès d'une opération en Afghanistan, le ministre de la Défense Harjit Sajjan a tenté de s'expliquer, hier, à la période des questions, à Ottawa.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Les équipements militaires mis à la disposition des Forces armées canadiennes se retrouvent dans un état de désuétude tel qu'il faudra investir « des dizaines de milliards de dollars » au cours des prochaines années pour corriger la situation.

Les avions de reconnaissance Aurora, qui sont en service... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

Les avions de reconnaissance Aurora, qui sont en service depuis près de 30 ans, devront être remplacés au cours des prochaines années.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

C'est du moins le portrait plutôt sombre que dressera aujourd'hui le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan dans un discours qu'il prononcera devant les membres de l'Institut de la Conférence des associations de la défense, selon des informations obtenues par La Presse.

M. Sajjan, qui a été contraint de présenter des excuses cette semaine après s'être attribué à tort le succès de l'opération Méduse menée contre des insurgés talibans en Afghanistan en 2006, prononcera ce discours alors qu'il doit dévoiler sous peu la nouvelle politique de défense canadienne.

« Nous commençons notre révision dans un trou financier, et le trou financier est nettement plus gros que ce à quoi nous nous attendions et que ce à quoi les gens s'attendent », a indiqué à La Presse hier soir une source gouvernementale qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

« Les sommes requises pour nous sortir de ce trou sont énormes. Nous parlons de dizaines de milliards de dollars simplement pour la mise à niveau de nos équipements et de nos installations », a ajouté cette source.

À titre d'exemple, les avions de reconnaissance Aurora, qui sont en service depuis près de 30 ans, devront être remplacés au cours des prochaines années. Leur durée de vie utile a déjà été prolongée. Mais l'ancien gouvernement conservateur n'a jamais prévu les investissements nécessaires pour les remplacer dans ses budgets au fil des ans.

Idem pour les hélicoptères Griffon, en service depuis 1995 et utilisés pour le transport utilitaire et tactique, pour la reconnaissance et pour les missions de recherche et de sauvetage, entre autres choses. Aucune somme n'a été prévue dans le passé pour prolonger leur durée de vie utile.

La même situation existe dans le cas des véhicules militaires de transport légers et lourds. Et le trou financier qu'évoquera le ministre Sajjan aujourd'hui ne comprend pas le remplacement de la flotte vieillissante des avions de chasse CF-18, a-t-on souligné.

LA CONTROVERSE PREND DE L'AMPLEUR

M. Sajjan prononcera son discours alors que la controverse au sujet de son passé militaire continue de prendre de l'ampleur. Hier, une association regroupant 3000 vétérans s'est dite « dégoûtée » par les propos de Harjit Sajjan et a réclamé sa démission immédiate, une demande reprise par l'opposition à Ottawa.

« C'est dégoûtant, tout le monde est dégoûté, a lancé à La Presse Charles Mackay, porte-parole de l'Association canadienne des pensionnés et rentiers militaires, qui regroupe 3000 soldats retraités. Il a perdu la confiance de tous les gens en uniforme et de tous ceux qui l'ont déjà porté. »

Le ministre est sur la sellette depuis la mise au jour d'un discours qu'il a prononcé en Inde le mois dernier. Pendant son allocution, il s'est présenté comme « l'architecte » de l'opération Méduse, l'une des batailles les plus sanglantes menées par le Canada en Afghanistan. Il avait fait une affirmation similaire en 2015, pendant la campagne électorale. 

Or, la mission, pendant laquelle 1500 talibans ont été capturés et 12 soldats canadiens ont perdu la vie, a plutôt été pilotée par l'ancien major-général David Fraser. Le ministre Sajjan a depuis reconnu son mensonge et s'est excusé à plusieurs reprises.

C'est trop peu, trop tard, selon Jacques Tremblay, vétéran de la région d'Ottawa qui a servi pendant 32 ans dans les Forces armées. Alors que le ministre Sajjan avait son entière confiance jusqu'à la semaine dernière, « maintenant, il n'a plus aucune crédibilité à [ses] yeux », a-t-il confié à La Presse.

En s'appropriant la paternité de cette attaque alors que c'était loin d'être le cas, M. Sajjan a volé la fierté de ses auteurs et insulté toute la communauté militaire, a fait valoir M. Tremblay. 

« Je crois que le premier ministre fait une grave erreur en lui accordant sa confiance et en le maintenant à son poste. » - Jacques Tremblay, vétéran de la région d'Ottawa

La pression s'est intensifiée sur le gouvernement Trudeau pour la deuxième journée d'affilée, hier, à la Chambre des communes. Les députés de l'opposition ont fait au moins une dizaine de commentaires déplorant le comportement du ministre Sajjan et ont exigé sa démission. Plusieurs chahutaient ou criaient « mensonges ! » lorsqu'il tentait de s'expliquer.

Empêtré dans la controverse, le ministre Sajjan a annulé sa présence à un événement de collecte de fonds destiné aux vétérans d'Afghanistan, qui se tenait hier soir à Ottawa. Il a prétexté un conflit d'horaire de dernière minute, selon une organisatrice citée par La Presse canadienne. Une annulation jugée « insultante » et « peureuse » par le porte-parole conservateur en matière de Défense, James Bezan.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer