Trudeau nomme six sénateurs du Québec

Avec ces nominations, on comptera désormais 44 sénateurs dits... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Avec ces nominations, on comptera désormais 44 sénateurs dits indépendants.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le premier ministre Justin Trudeau procédera mercredi à la nomination de six nouveaux sénateurs indépendants venant du Québec, terminant ainsi une vague de nominations pour combler les quelque 21 postes qui étaient vacants depuis près de 10 mois au Sénat.

Ainsi, M. Trudeau nommera l'avocate et auteure Renée Dupuis, le maire de Rimouski, Éric Forest, l'expert en droit Marc Gold, la protectrice du citoyen du Québec, Raymonde Saint-Germain, la médecin de famille Marie-Françoise Mégie, et la spécialiste de la pollution et des problèmes de santé liés à la pollution, Rosa Galvez.

Avec ces nominations, on comptera désormais 44 sénateurs dits indépendants. Les sénateurs indépendants supplanteront donc les sénateurs conservateurs qui détiennent 40 des 105 sièges au Sénat. On compte aussi 21 sénateurs libéraux indépendants.

Il y a deux ans, Justin Trudeau, alors qu'il était chef du Parti libéral depuis environ 12 mois, avait causé une certaine commotion en expulsant du caucus libéral tous les sénateurs libéraux. Il s'était alors engagé à nommer des sénateurs n'ayant aucune affiliation politique.

Dans les rangs libéraux, on estime que ces changements permettront au Sénat de redorer son blason plus rapidement dans la foulée du scandale des dépenses qui a éclaboussé cette institution il y a trois ans.

Voici une courte biographie des nouveaux sénateurs :

1)   Renée Dupuis : Avocate et auteure, Renée Dupuis se spécialise dans les domaines du droit administratif, des droits de la personne et du droit relatif aux Autochtones (individus et communautés). Elle a été conseillère juridique et consultante auprès de Premières Nations et de leurs organisations régionales et nationales dans des négociations tripartites de revendications globales et dans des négociations constitutionnelles.

Elle a présidé la Commission des revendications particulières des Indiens, une commission d'enquête fédérale, ainsi que le comité du Barreau du Québec sur le droit en regard des peuples autochtones. En août 2011, elle a été nommée au poste de vice-présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Me Dupuis a de plus été membre du comité chargé de la révision de la Loi canadienne sur les droits de la personne et a siégé comme commissaire à la Commission canadienne des droits de la personne.

2)   Éric Forest : Maire de Rimouski depuis 2005, Éric Forest aussi été président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) pendant près de quatre ans, de 2010 à 2014, alors que l'on vivait une de crise de confiance majeure des citoyens envers leurs élus municipaux. M. Forest s'est aussi illustré dans le monde des affaires. De 1995 à 2005, il a été vice-président et directeur général du club de hockey l'Océanic où il s'est donné l'objectif de faire de l'Océanic un instrument de cohésion sociale pour tout l'est du Québec. En 2014, il a été Récipiendaire du prix Jean-Paul L'Allier qui vise à honorer un élu québécois s'étant distingué par sa vision, son leadership et ses réalisations en urbanisme et aménagement du territoire.

3)   Marc Gold : En tant que professeur de droit à la Faculté de droit Osgoode à Toronto, au début de sa carrière, Marc Gold a publié de nombreux ouvrages et il a donné des conférences à l'échelle du Canada et à l'étranger. Il a été parmi les quelques universitaires appelés à former les juges nommés par le gouvernement fédéral sur le droit constitutionnel et la Charte canadienne des droits et libertés. Il a laissé son emploi permanent d'universitaire il y a 25 ans pour se consacrer au service à la communauté à Montréal.

M. Gold a occupé des postes prédominants au sein de la communauté juive à l'échelle locale, nationale et internationale, dont celui de président des Fédérations juives du Canada. M. Gold a siégé au conseil d'administration et a été président du Comité des promotions et des titularisations à l'Université de Montréal pendant 16 ans. À la fin de son mandat en juin 2016, il a été nommé administrateur émérite en reconnaissance de ses services pour l'université. Pendant 23 ans, il a aussi été vice-président chez Maxwell Cummings and Sons, une société familiale privée d'immobilier et d'investissements basée à Montréal.

4)   Marie-Françoise Mégie : Mme Mégie compte plus de 35 ans comme médecin de famille et près de 30 ans comme professeure d'université. Née en Haïti, elle est arrivée au Québec en 1976. Elle a gravi les échelons de la profession médicale et de l'enseignement universitaire, jusqu'à l'obtention de son titre de professeure agrégée de clinique au Département de médecine familiale de l'Université de Montréal. Son implication universitaire lui a permis de participer au comité de soins aux personnes âgées et de travailler au sein du comité de révision du curriculum du Département de Médecine familiale de l'Université de Montréal.  

Sa pratique médicale comprend la prestation de soins médicaux à domicile dédiée aux personnes âgées, aux personnes gravement handicapées et à celles en fin de vie. Elle est directrice médicale de la Maison de soins palliatifs de Laval. Elle a été présidente de l'Association des Médecins haïtiens à l'Étranger et est actuellement présidente de l'Association Médecins Francophones du Canada.

5)   Raymonde Saint-Germain : Ancienne haute fonctionnaire du gouvernement du Québec, Mme Saint-Germain a occupé les postes de sous-ministre adjointe aux Relations internationales, sous-ministre des Services gouvernementaux, sous-ministre des Relations avec les citoyens et de l'Immigration et Éditrice officielle du Québec.

En 2011, elle a été désignée protectrice du citoyen à l'unanimité par les députés de l'Assemblée Nationale du Québec pour un deuxième mandat consécutif de cinq ans. À titre de protectrice du citoyen, elle a commenté plus de 125 projets de loi et de règlement, notamment sous l'angle du respect des droits et libertés de la personne (en matière de santé mentale, de droits résiduels des personnes incarcérées, d'enquêtes indépendantes lors d'incidents policiers entraînant des blessures graves ou le décès de civils, de soins de fin de vie, de régime de protection sociale, de justice administrative, et de gouvernance).

6)   Rosa Galvez : Originaire du Pérou, Dre Rosa Galvez habite depuis plus de 32 ans au Canada et est devenue une des plus grandes spécialistes de la pollution et des problèmes de santé liés à la pollution. Elle est spécialisée dans de nombreux problèmes d'environnement et de santé humaine comme l'eau, les déchets et les résidus, les sols contaminés et les répercussions des activités d'extraction comme l'exploitation minière et le transport du pétrole.

Professeure à l'Université Laval depuis 1994, Mme Galvez a participé à des organismes gouvernementaux internationaux comme la Commission de coopération environnementale (qui appuie l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l'environnement), et les accords Canada-États-Unis et Québec-Vermont pour protéger les Grands Lacs, le fleuve Saint-Laurent et le lac Champlain. Elle est titulaire d'un doctorat en génie environnemental de l'Université McGill. Sa carrière dans le milieu de la recherche l'a conduite dans de nombreux pays, notamment en France, en Italie, en Belgique, au Pérou, au Chili, au Brésil, au Mexique, au Japon et en Chine, où elle a créé des partenariats et participé à des projets d'ingénierie. Elle a gagné de nombreux prix au Québec et à l'étranger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer