Le DGE estime que le processus électoral canadien est archaïque

Marc Mayrand suggère plusieurs réformes pour permettre au... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Marc Mayrand suggère plusieurs réformes pour permettre au processus électoral de faire pleinement son entrée dans le XXIe siècle.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le processus électoral canadien est désuet et archaïque et doit être modernisé pour répondre aux attentes et aux besoins des électeurs, affirme le directeur général des élections du Canada, Marc Mayrand.

Il souligne que les dispositions de la Loi électorale du Canada reposent sur les pratiques qui avaient cours au XIXe siècle, alors que les moyens de communication avec les régions étaient limités, que la surveillance était minimale et que les élections étaient administrées localement.

Conséquemment, dit-il, le processus électoral est entièrement manuel, rigide et lent.

Ces procédures fastidieuses ont causé d'importantes files d'attente lors du vote par anticipation aux dernières élections générales, l'automne dernier.

Marc Mayrand suggère plusieurs réformes pour permettre au processus électoral de faire pleinement son entrée dans le XXIe siècle.

Par exemple, il propose que les cartes d'électeurs soient munies d'un code-barre qui pourrait être vérifié électroniquement dès l'arrivée des électeurs aux bureaux de vote. Ainsi, les citoyens n'auraient pas à attendre en file pour qu'un employé d'Élection Canada raye manuellement leur nom sur une liste imprimée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer