La fin du formulaire court de recensement envisagée

La stratégie ferait économiser aux contribuables des millions... (PHOTO Sean Kilpatrick, Archives PC)

Agrandir

La stratégie ferait économiser aux contribuables des millions de dollars.

PHOTO Sean Kilpatrick, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jordan Press
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le formulaire long de recensement obligatoire a fait son retour cette année, dix ans après sa disparition. Et d'ici dix ans, le formulaire court de recensement pourrait devenir chose du passé.

Statistique Canada travaille sur un plan pour le recensement de 2026 qui éliminerait le formulaire court de recensement obligatoire envoyé à chaque ménage et utiliserait plutôt les bases de données existantes du gouvernement pour effectuer un décompte virtuel de la population.

La stratégie ferait économiser aux contribuables des millions de dollars et permettrait de rassembler les mêmes renseignements utilisés par les gouvernements pour assurer la planification des routes, des hôpitaux, des écoles et d'autres services publics.

Des documents obtenus par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l'accès à l'information brossent un portrait détaillé de ce que les responsables espèrent avoir en place d'ici 2026: un registre numérique de tous les Canadiens qui pourrait être mis à jour tous les cinq ans, voire annuellement, et un formulaire long de recensement dans un format quelque peu réduit.

Selon le rapport d'avril envoyé à l'ancien statisticien en chef Wayne Smith, cette stratégie pour remplacer le formulaire court nécessiterait une refonte complète du formulaire long.

Statistique Canada a indiqué par communiqué ne pas avoir encore déterminé l'approche qu'elle préconiserait pour le recensement de 2021, mais n'a fait aucune mention directe de celui de 2026. Le communiqué souligne que l'organisation poursuit des recherches pour déterminer «la manière la plus efficace de recueillir les informations du recensement».

Statistique Canada évalue que le recensement de 2016 coûtera plus de 700 millions de dollars, ce qui comprend une période de sept ans pour préparer, recueillir, analyser et distribuer les résultats.

Des données administratives comme les renseignements sur les impôts et les revenus de l'Agence du revenu du Canada, ou les données d'immatriculation de véhicules dans les provinces, pourraient permettre d'obtenir des informations précises plus rapidement et à moindres coûts par rapport à l'envoi de millions de questionnaires tous les cinq ans.

Cette année, Statistique Canada a envoyé par la poste 16 millions de formulaires courts de recensement et 4 millions de formulaires longs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer