Remboursement de 200 000 $ pour deux déménagements: les libéraux reculent

Le secrétaire principal de Justin Trudeau, Gerald Butts,... (THE CANADIAN PRESS)

Agrandir

Le secrétaire principal de Justin Trudeau, Gerald Butts, ainsi que sa chef de cabinet, Katie Telford, ont obtenu respectivement des remboursements totaux de 127 000 $ et 80 000 $ lorsqu'ils ont quitté Toronto pour s'établir à Ottawa.

THE CANADIAN PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
OTTAWA

Devant le tollé suscité par la facture de 207 000 $ refilée aux contribuables pour le déménagement de deux proches collaborateurs de Justin Trudeau, les libéraux n'ont eu d'autre choix que de faire marche arrière.

Les deux conseillers ont indiqué jeudi qu'ils allaient rembourser une partie des frais qu'ils s'étaient fait repayer et qu'une nouvelle politique pour régir les dépenses de réinstallation au sein du gouvernement serait élaborée.

Le secrétaire principal de M. Trudeau, Gerald Butts, ainsi que sa chef de cabinet, Katie Telford, ont obtenu respectivement des remboursements totaux de 127 000 $ et 80 000 $ lorsqu'ils ont quitté Toronto pour s'établir à Ottawa. Ces frais avaient fait la manchette des journaux cette semaine, sans qu'il ne soit officiellement confirmé qu'il s'agissait bien des frais de M. Butts et de Mme Telford.

Dans une déclaration sur sa page Facebook jeudi en fin d'après-midi, M. Butts affirme que Mme Telford et lui ne se «sentent pas confortables» avec ces remboursements par l'État.

Il signale qu'ils repayeront eux-mêmes les frais «divers» facturés, soit 23 373 $ pour Mme Telford et 20 299 $ pour M. Butts. Dans le cas du secrétaire principal, il repayera également 25 141 $ touchés pour payer une taxe sur les transferts fonciers.

«Nous prenons l'entière responsabilité de ce qui s'est passé, et pour cette raison, nous sommes désolés. Nous avons appris de nombreuses leçons au cours des derniers jours et nous nous engageons à améliorer la transparence dans le futur», écrit M. Butts.

Il signale également que M. Trudeau demandera au Conseil du Trésor de revoir les règles entourant ce genre de remboursement. Il s'agit là d'un revirement de situation, car quelques heures plus tôt, le premier ministre ne semblait pas croire qu'il faille changer les façons de faire.

En point de presse tout comme à la période de questions, jeudi, M. Trudeau a rappelé que le gouvernement du Canada couvrait les frais de déménagement des hauts fonctionnaires depuis de nombreuses années.

«Je peux vous assurer que nous avons suivi les règles et la politique qui a été révisée récemment par le gouvernement conservateur précédent, et je peux vous assurer que nous avons et suivi la politique, et l'administration de ces règles à la lettre», avait-il soutenu en marge d'une rencontre avec son homologue chinois, Li Keqiang.

Interrogé sur le bien-fondé de ces règles et l'opportunité de les changer, M. Trudeau avait esquivé la question en insistant sur le fait qu'il avait pu ainsi «ramener des gens extraordinaires d'à travers le pays pour venir servir leur gouvernement, leur pays, à Ottawa».

Il avait par ailleurs affirmé que le nombre d'employés au bureau du premier ministre était beaucoup plus élevé à l'époque des conservateurs. «Les Canadiens s'attendent à ce que leur gouvernement soit responsable dans les dépenses, et que leur gouvernement livre sur les promesses ambitieuses que nous avons amenées», avait-il néanmoins concédé.

Un million pour des déménagements

Au total, une facture dépassant 1 million de dollars a été refilée aux Canadiens pour les déménagements d'une quarantaine de personnes à Ottawa après la victoire des libéraux de Justin Trudeau l'automne dernier.

Les frais de déménagement les plus coûteux étaient ceux de M. Butts et Mme Telford. L'affaire a fait sursauter l'opposition, d'autant que le «Globe and Mail» avait signalé que les deux collaborateurs avaient encaissé un profit considérable grâce à la vente de leur maison de Toronto, soit 630 000 $ pour M. Butts et près de 500 000 $ pour Mme Telford.

Ces dépenses ont fait les choux gras de l'opposition aux Communes, alors qu'une grande part des questions des députés conservateurs ont porté sur l'affaire.

«Le premier ministre aime répéter que les familles millionnaires comme la sienne n'ont pas besoin d'aide du gouvernement», a lancé la chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose.

«Maintenant, on entend que les membres de son personnel ont reçu des centaines de milliers de dollars pour payer leur déménagement entre Toronto et Ottawa. Est-ce que le premier ministre peut nous expliquer pourquoi cette dépense n'est pas un abus de fonds public?», a-t-elle demandé.

Les néo-démocrates étaient eux aussi mal à l'aise avec un remboursement de frais de déménagement de cette ampleur.

«Il y a beaucoup de fonds pour ses amis et son équipe politique, mais pour les autres, ce n'est pas possible de payer pour les services nécessaires, a signalé le député néo-démocrate Charlie Angus. Ce n'est pas acceptable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer