Ratés du système de paie Phénix: l'opposition veut une réunion d'urgence

Le comité permanent des Communes est présidé par... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le comité permanent des Communes est présidé par un député conservateur, Tom Lukiwski, mais l'opposition n'y dispose pas de la majorité qui lui permettrait de convoquer des audiences même si les libéraux devaient s'y opposer.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terry Pedwell
La Presse Canadienne
Ottawa

Les deux principaux partis d'opposition à Ottawa ont réclamé lundi la convocation d'urgence d'un comité des Communes pour faire le point sur les nombreux ratés du nouveau système de paie dans la fonction publique fédérale.

Et si l'on en croit une note interne d'un des plus importants ministères fédéraux, obtenue par La Presse canadienne, des «défauts critiques» avaient été soulevés déjà quelques semaines avant la mise en service du nouveau système de paie «Phénix».

Les conservateurs et les néo-démocrates souhaitent maintenant que les membres du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires soient rappelés d'urgence à Ottawa afin de comprendre pourquoi des dizaines de milliers de fonctionnaires ont vu leur chèque de paie amputé, en partie ou en totalité, depuis avril dernier.

«Pour un gouvernement qui s'engage à l'ouverture et à la transparence, j'espérerais que les membres d'un comité libéral profitent de l'occasion pour examiner les causes de ce fiasco», a soutenu lundi le porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de services publics, Erin Weir, qui accuse autant les conservateurs que les libéraux dans ce dossier.

«Les conservateurs ont fait fausse route en imaginant que le gouvernement fédéral pouvait effectivement remplacer ses systèmes de paie par un logiciel standard d'IBM exploité par un seul centre de paie, établi à Miramichi pour des motifs politiques», croit M. Weir. Les libéraux, quant à eux, «ont eu tort de mettre en oeuvre le système Phénix cette année même après que les employés du centre les eurent avertis que le système n'était pas au point».

Le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires est présidé par un député conservateur, mais l'opposition n'y dispose pas de la majorité qui lui permettrait de convoquer des audiences même si les libéraux devaient s'y opposer.

Le porte-parole conservateur en matière de services publics, Steven Blaney, s'est dit déçu de voir que les membres libéraux au sein du comité ont ignoré jusqu'ici les appels de l'opposition pour la tenue d'une réunion d'urgence.

500 chèques d'ici jeudi

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la semaine dernière que le greffier du Conseil privé, qui conseille le cabinet sur les activités du gouvernement, redoublait d'efforts pour régler les problèmes du système Phénix.

Le gouvernement a admis la semaine dernière que plus de 80 000 fonctionnaires fédéraux avaient été victimes de problèmes causés par le nouveau système de paie. On indiquait notamment que 720 employés du gouvernement n'avaient pas été payés - certains depuis des mois -, ce qui les avait forcés à emprunter ou à surutiliser les cartes de crédit afin de boucler leur budget.

Ottawa a promis que près de 500 d'entre eux recevraient un chèque d'ici mercredi, mais il a admis que les problèmes ne seraient pas complètement réglés avant plusieurs mois. Les responsables du système doivent faire le point d'ici jeudi sur les progrès réalisés.

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, croit que les ratés du système sont d'abord attribuables à une formation inadéquate des fonctionnaires du Centre des services de paie de la fonction publique de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, ce que conteste le syndicat qui représente les quelque 600 employés.

Selon l'Alliance de la fonction publique du Canada, des employés de ce centre administratif fédéral avaient déjà signalé à l'époque au gouvernement conservateur certains problèmes rencontrés avec le logiciel d'IBM.

Une note interne adressée au sous-ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail en mars dernier - moins d'un mois avant la mise en service de Phénix - faisait état de frustrations et suggérait un manque de communication entre le ministère et les responsables du nouveau système.

La note, obtenue par La Presse Canadienne, laissait aussi entendre que la formation était dispensée depuis la fin de février aux employés du centre de Miramichi et qu'il ne semblait pas y avoir de problèmes majeurs de ce côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer