Les ressortissants mexicains n'auront plus besoin de visa

Ottawa n'exigera plus de visa pour les ressortissants... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Ottawa n'exigera plus de visa pour les ressortissants mexicains à compter du 1er décembre 2016. Sur la photo, des demandeurs de visa mexicains devant l'ambassade du Canada à Mexico.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Les éleveurs bovins canadiens et les Mexicains qui souhaitent visiter le Canada sont sortis gagnants de la rencontre entre Justin Trudeau et le président mexicain Enrique Peña Nieto, mardi.

La question des droits de la personne au Mexique - incontournable, alors qu'une manifestation d'enseignants a été réprimée dans le sang ce mois-ci - a toutefois fait quelque peu ombrage aux réjouissances.

Les deux hommes politiques ont annoncé que le Canada n'exigera plus de visa pour les ressortissants mexicains à compter du 1er décembre 2016. Le Mexique a de son côté accepté d'ouvrir son marché au boeuf canadien dès octobre.

En point de presse aux côtés de M. Peña Nieto, M. Trudeau a laissé entendre que cet accord constituait un véritable pied de nez aux courants protectionnistes perçus de l'Europe et des États-Unis.

«Dans un moment où beaucoup de gens cherchent à avoir peur, à se retourner vers l'intérieur, c'est important de démontrer que le partenariat, la collaboration, peut et va avoir un impact extrêmement positif dans la vie des citoyens. Et c'est ce que nous avons souligné aujourd'hui», a lancé le premier ministre.

M. Peña Nieto, au Canada pour assister à des rencontres bilatérales et au sommet des leaders nord-américains prévu mercredi, a abondé dans son sens. À ses yeux, la vision commune d'une relation «renouvelée» entre les deux pays «permet de retirer certains obstacles qui s'étaient dressés sur notre chemin».

Le précédent gouvernement conservateur avait imposé des visas en 2009, afin de bloquer des milliers de demandes d'asile faites par des ressortissants mexicains non admissibles. Il s'agissait d'une décision controversée qui avait pris le gouvernement mexicain par surprise et qui constituait un irritant majeur entre les deux pays depuis ce temps.

Dans un communiqué, la députée conservatrice Michelle Rempel a accusé M. Trudeau d'avoir pris une «décision politique qui met la sécurité des Canadiens en péril».

«Entre 2005 et 2008, avant la mise en place du visa, les Mexicains représentaient 25 pour cent des demandes d'asile au Canada, ce qui est extrêmement élevé. De plus, les reportages incessants sur la violence et la corruption grandissantes de l'État n'inspirent pas la confiance envers l'intégrité du contrôle des passeports», a-t-elle signalé.

Les fonctionnaires ont d'ailleurs alerté le gouvernement sur d'éventuels problèmes liés à la levée des visas, notamment en lien avec des passeports frauduleux.

Mais le gouvernement libéral ne semble pas inquiet, alors que M. Trudeau a plutôt vanté les avantages d'une telle levée, accompagnée de l'ouverture des frontières aux produits du boeuf canadien. L'importation de viande bovine canadienne provenant d'un animal de plus de 30 mois était interdite au Mexique depuis la déclaration, en 2003, de cas de maladie de la vache folle, ou encéphalopathie spongiforme bovine.

«On vient d'avoir un impact concret dans la vie de fermiers d'à travers le pays qui vont pouvoir vendre le boeuf au Mexique à partir du mois d'octobre. On vient d'avoir un impact positif pour des communautés à travers le pays qui dépendent du tourisme et qui vont maintenant voir plus de visiteurs mexicains venir dépenser leur argent (...)», a illustré M. Trudeau.

Il a également indiqué que les deux pays avaient accepté de collaborer davantage sur les enjeux liés aux communautés autochtones et pour faciliter les échanges étudiants.

MM. Trudeau et Peña Nieto ont également discuté de l'élection présidentielle américaine, les deux affirmant qu'ils respecteraient le choix des électeurs américains.

Manifestation d'enseignants

D'autres sujets ont été abordés par les deux politiciens, dont celui, plus épineux, des droits de la personne au Mexique. Le bilan mexicain sur cette question est peu reluisant, alors qu'Amnistie internationale déplore 27 000 disparus depuis les dix dernières années.

Sans s'être fait directement poser la question par les journalistes, M. Trudeau a spontanément signalé qu'il avait abordé cet enjeu avec M. Peña Nieto. «Pour moi, l'important, c'est d'avoir des relations positives où on se dit les vraies affaires», a-t-il commenté.

Des violences qui ont fait au moins huit morts et plus d'une centaine de blessés dans l'État d'Oaxaca représentent l'un des plus récents incidents à ce chapitre. Les policiers ont tenté de briser le blocus des routes imposé par des enseignants qui s'opposent à la réforme de l'éducation. Les affrontements ont dégénéré dans la violence.

«En tant qu'enseignant, j'ai eu une bonne conversation avec le président là-dessus, sur les préoccupations entourant ces incidents troublants», a indiqué M. Trudeau.

«C'est important que nous allions de l'avant vers un plus grand respect et défense des droits de la personne. Et cela fait partie des choses sur lesquelles les amis travaillent bien ensemble», a-t-il ajouté.

M. Peña Nieto a semblé camper sur ses positions, interpellant plutôt les enseignants. «J'ai un appel à faire à ces enseignants. Les enseignants ont une mission sociale et ils doivent s'acquitter de leur mission sociale, et ils ne peuvent pas le faire lorsqu'il y a des groupes dissidents qui protestent», a-t-il insisté.

Une poignée de manifestants attendait d'ailleurs M. Peña Nieto sur la colline du Parlement, dont Fausto Cervantes-Ortiz, qui tenait dans ses mains une pancarte disant «Je suis Canadien et je suis avec les enseignants mexicains».

«Comment est-ce possible que M. (Philippe) Couillard, M. Trudeau, puissent serrer la main de cet homme-là, quand ils savent vraiment ce qui se passe au Mexique?», a demandé l'une des manifestantes, Nancy Orozco, arrivée au Canada il y a neuf ans en tant que réfugiée.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer