Thomas Mulcair quittera la politique en 2019

Thomas Mulcair compte mettre un terme à sa... (Photo Adrian Wyld, La Presse Canadiennne)

Agrandir

Thomas Mulcair compte mettre un terme à sa longue carrière politique en 2019.

Photo Adrian Wyld, La Presse Canadiennne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Convaincu d'avoir largement contribué à mettre fin au règne des conservateurs de Stephen Harper aux dernières élections fédérales grâce à son travail à la Chambre des communes, Thomas Mulcair compte tirer un trait sur sa longue carrière politique en 2019. M. Mulcair, qui occupe les fonctions de chef du NPD de manière intérimaire depuis un mois, n'a pas l'intention de briguer à nouveau les suffrages.

Dans une longue entrevue accordée à La Presse dans son bureau de la colline parlementaire, jeudi dernier, Thomas Mulcair s'est montré des plus sereins face à son destin, bousculé par les résultats décevants des élections du 19 octobre et le refus des militants du NPD de lui renouveler leur confiance lors du congrès national, le mois dernier à Edmonton.

Malgré la houle qui frappe la barque néo-démocrate depuis quelques mois, M. Mulcair a réussi à conserver son aplomb à la Chambre des communes en talonnant le gouvernement Trudeau sur son plan pour lutter contre les changements climatiques, la légitimité du contrat de vente de véhicules blindés à l'Arabie saoudite, la restauration de la livraison du courrier à domicile ou encore la réforme du mode de scrutin, entre autres choses.

Mais déjà, Thomas Mulcair envisage la vie après son règne à la tête du NPD.

« C'est fort peu probable que je vais briguer un autre mandat. C'est fort peu probable. Je vais aller faire quelque chose de facile. Je vais aller faire des médias, comme tout le monde ! », dit-il.

« Ma réflexion est faite là-dessus et je commence à aimer l'idée d'avoir des fins de semaine avec Catherine, les enfants et les petits-enfants. En fin de semaine dernière, j'ai construit une cabane dans les arbres avec mes petits-enfants et c'était l'une des choses les plus agréables que j'ai réussi à faire au cours des 10 dernières années », a-t-il ajouté.

À la tête du NPD depuis mars 2012, M. Mulcair estime qu'il devra passer le flambeau à la personne qui sera élue pour lui succéder dans un horizon d'environ un an. Pour l'heure, il est plutôt enclin à terminer son mandat jusqu'en octobre 2019, date du prochain scrutin. Avant de faire le saut en politique fédérale, à la faveur d'une élection partielle en septembre 2007 dans Outremont, M. Mulcair avait terminé son mandat de député libéral à l'Assemblée nationale, malgré sa démission du gouvernement Charest en raison de son opposition à la vente du Mont-Orford à des intérêts privés.

Quand on lui a demandé s'il avait vécu un deuil politique après les élections d'octobre dernier et, à nouveau, après le vote des militants en faveur d'une course au leadership à Edmonton, M. Mulcair a fait une longue pause avant de répondre.

« Il faut concilier ce qui s'est passé avec ses ambitions », a d'abord avancé M. Mulcair.

« On avait la ferme intention de former un gouvernement. Donc, tomber bien en deçà de ces attentes, c'est une déception énorme. Il fallait le réconcilier. La capacité de continuer ici avec cette équipe, c'est quelque chose qui m'aide à passer outre. »

« Ça va bien au-delà de la déception qu'on ressent à ce moment-là. On sent une vive responsabilité, notamment pour les gens qui n'ont pas été réélus, qui sont tous des amis et des gens très, très compétents qui nous manquent profondément. »

Mais depuis les résultats inattendus du congrès du NPD, M. Mulcair affirme avoir l'esprit plus léger. « Je me sens vraiment allégé depuis les événements d'Edmonton. Avec le caucus, ça va super bien. J'ai un fort appui. En Chambre, on a un gouvernement, un adversaire libéral qui ne cesse de décevoir avec ses promesses rompues. Nous sommes capables de livrer la marchandise pour demander des comptes à ce gouvernement. L'équipe parlementaire est solide, soudée et d'attaque », a-t-il dit.

Même s'il n'a obtenu l'appui que de 48 % des militants à Edmonton, M. Mulcair n'a pas baissé les bras aux Communes parce que, dit-il, « [ses] priorités ont toujours été claires. Donc, cela [lui] donne la force de continuer. Et [il a] un appui incroyable de [sa] famille ». Aussi, il affirme qu'il n'a « absolument pas la même pression qu'auparavant ».

Et même si les électeurs ont décidé de confier les rênes du pouvoir aux libéraux au dernier scrutin, M. Mulcair croit dur comme fer que ses troupes et lui ont préparé le terrain au changement de régime survenu le 19 octobre.

« Peu importe ce qui sera écrit ou dit sur cette période, je vais toujours prendre le compliment qui m'a souvent été fait, que je suis la personne qui a le plus contribué à défaire Stephen Harper. Même si on a fini troisièmes, c'est notre travail en Chambre qui l'a décrédibilisé dans des dossiers importants comme celui de Mike Duffy, et le Sénat. Après nos attaques constantes sur leur vision étriquée, mesquine du Canada, les gens ont dit : il y a espoir d'avoir autre chose. Et je suis très fier de cela », a-t-il soutenu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer