Rona Ambrose vient parler des déficits aux Québécois

La leader intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose... (PHOTO Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La leader intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose

PHOTO Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) À une semaine environ du dépôt du budget fédéral, la leader intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, porte son message dénonçant l'explosion des déficits proposée par le gouvernement libéral de Justin Trudeau pour contrer «une récession qui n'existe pas» au Québec.

Mme Ambrose sera accompagnée du chef adjoint du parti, Denis Lebel, alors qu'elle rencontrera divers groupes, lundi et mardi à Montréal, notamment le Réseau des femmes d'affaires du Québec et des candidats conservateurs défaits au dernier scrutin.

Au cours des dernières semaines, le Parti conservateur a mené une bataille à la Chambre des communes pour contraindre le gouvernement Trudeau à s'imposer une plus grande discipline budgétaire.

«Comme opposition officielle, nous allons pousser les libéraux à vivre selon nos moyens et rappeler aux Canadiens que l'argent emprunté doit être remboursé. Car les libéraux ont perdu le contrôle des finances publiques», a indiqué dimanche Marc-André Leclerc, un proche collaborateur de Rona Ambrose.

Oléoducs et Obama

 La chef intérimaire du Parti conservateur estime que le ministre canadien des Ressources naturelles aurait dû accompagner Justin Trudeau à Washington, la semaine dernière, pour parler d'oléoducs.

De passage lundi à Montréal, Rona Ambrose a estimé que M. Trudeau avait fait ce qu'il fallait lors de sa visite officielle de trois jours dans la capitale américaine, et elle espère que le Canada pourra tirer profit des bonnes relations entre le premier ministre et Barack Obama.

Mais elle soutient que M. Trudeau aurait dû discuter du projet d'oléoduc Keystone XL avec le président Obama, et elle s'est dite déçue que le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, n'ait pas fait partie de la délégation canadienne à Washington.

Selon Mme Ambrose, le président Obama a rejeté le projet Keystone XL pour des raisons politiques et non scientifiques.

La chef conservatrice a aussi réitéré ses critiques face à la décision du gouvernement libéral d'afficher des déficits annuels plus importants que les 10 milliards $ annoncés pendant la campagne électorale.

Selon Mme Ambrose, le prochain budget fédéral, le 22 mars, pourrait prévoir des déficits annuels fédéraux allant jusqu'à 30 milliards $.

- avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer