EI: le Canada mettra fin aux frappes aériennes

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, la ministre du... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

(Ottawa) Le Canada cessera de participer aux frappes aériennes de la coalition internationale contre les cibles du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie à compter du 22 février, a confirmé lundi le premier ministre Justin Trudeau.

Faisant fi de sondages démontrant qu'une majorité de Canadiens souhaitent la poursuite de la mission des six avions de chasse CF-18 qui participent aux efforts de la coalition depuis novembre 2014, M. Trudeau a soutenu que le Canada puisera dans sa longue expérience dans la formation de troupes locales acquise pendant une décennie en Afghanistan pour maximiser sa contribution à la lutte contre le terrorisme.

Le gouvernement Trudeau compte donc tripler la taille de la mission de formation des troupes irakiennes afin de les épauler dans leur lutte contre les membres de l'EI dans le nord de l'Irak. Le Canada entend aussi fournir des armes de petit calibre, des munitions et des dispositifs optiques dans le cadre de la formation de troupes locales. À l'heure actuelle, le Canada compte 69 soldats affectés à la formation en Irak. En triplant leur nombre à quelque 220 militaires, le Canada a comme objectif de «former, conseiller et autonomiser les forces de sécurité locales» plus rapidement.

Même s'il retire ses avions de chasse, le Canada maintiendra un avion de ravitaillement en vol (CC-150 Polaris) et les deux aéronefs de surveillance aérienne (CP-140 Aurora) qui se trouvent déjà dans la région - une décision saluée par les alliés, selon M. Trudeau. Résultat : le nombre de militaires déployés dans cette région passera de 650 à 830 soldats étant donné que les équipages et le personnel de soutien des avions de ravitaillement et de surveillance resteront au Koweït.

Des militaires canadiens seront aussi déployés dans divers quartiers généraux de la coalition afin de soutenir les efforts de planification et d'exécution des opérations militaires. En principe, cette nouvelle mission prendra fin le 31 mars, mais M. Trudeau a indiqué qu'elle pourrait être prolongée d'une autre année si cela s'avère nécessaire. Cette nouvelle mission fera l'objet d'un débat au Parlement la semaine prochaine et les députés seront appelés à l'entériner durant un vote.

Le Canada compte aussi offrir une aide humanitaire supplémentaire de 840 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour répondre aux besoins de base des réfugiés qui ont fui leur pays et se trouvent en Jordanie et au Liban, entre autres.

L'annonce de cette nouvelle mission est survenue alors que les avions de chasse canadiens ont participé à d'autres missions de bombardement en fin de semaine contre des cibles de l'EI dans la région de Ramadi, en Irak. En principe, la mission actuelle devait se terminer à la fin mars.

«Notre nouvelle politique en Irak, en Syrie et dans la région environnante reflète les principes du Canada : la défense de nos intérêts, aux côtés de nos alliés et un travail constructif auprès de nos partenaires locaux pour trouver de vraies solutions durables. Nous travaillerons avec nos alliés pour vaincre l'EI et la menace terroriste qu'il représente», a indiqué le premier ministre en conférence de presse.

L'aide financière et militaire du Canada s'étendra par ailleurs en Jordanie et au Liban afin «d'éviter la propagation de l'extrémisme violent». Devant les journalistes, M. Trudeau a convenu que les opérations de frappes aériennes peuvent être utiles, surtout à court terme, mais elles ne parviennent pas à elles seules à instaurer la «stabilité à long terme pour les communautés locales», selon lui.

«Les gens qui sont terrorisés par l'EI tous les jours n'ont pas besoin de notre vengeance. lls ont besoin de notre aide», a ajouté M. Trudeau. «La nouvelle politique du gouvernement canadien en matière de lutte contre l'EI est fondée sur cette croyance.»

M. Trudeau était accompagné de trois ministres durant l'annonce, soit le ministre de la Défense Harjit Sajjan, le ministre des Affaires globales Stéphane Dion et la ministre responsable de l'ACDI, Marie-Claude Bibeau.

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan doit participer à une réunion des pays membres de l'OTAN mercredi à Bruxelles. La lutte contre le groupe armé État islamique est le principal dossier à l'ordre du jour de cette rencontre.

Le chef d'État-major des Forces armées canadiennes, le général Jonathan Vance, a indiqué que les soldats canadiens pourraient être mêlés à des combats si les troupes irakiennes qu'ils conseillent sont l'objet d'attaques de la part des membres de l'EI.

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau avaient promis de ramener au pays les six chasseurs CF-18. Ils avaient alors indiqué qu'ils comptaient mettre l'accent sur la formation de troupes irakiennes sur le terrain.

Le Parti conservateur a vertement critiqué cette nouvelle mouture de la contribution canadienne. La leader intérimaire Rona Ambrose a soutenu que le retrait du Canada des frappes aériennes contre les cibles du groupe armé État islamique est «un pas en arrière».

«Depuis des générations, nos hommes et femmes en uniforme se battent courageusement contre ceux qui bafouent les droits de la personne et ceux qui menacent et terrorisent les innocents et les vulnérables. Aujourd'hui, dans sa première décision majeure en matière de politique étrangère, le premier ministre montre que le Canada n'est pas "de retour". En fait, le premier ministre s'éloigne de nos fières traditions en retirant nos CF-18 et le Canada d'un rôle de combat contre la pire menace terroriste du monde», a déclaré Mme Ambrose.

«Le premier ministre aime dire qu'il se préoccupe de la diversité, mais rien ne menace plus la diversité que le groupe État islamique - qu'il s'agisse des droits des femmes, des libertés culturelles et religieuses, des droits des gais et des lesbiennes. Quand nos amis et alliés sont attaqués, quand nos valeurs sont menacées, quand les droits de la personne sont bafoués, et quand la dignité humaine est écrasée, c'est notre combat. Cette lutte contre l'ennemi fait partie d'une fière histoire militaire, une histoire que le premier ministre désavoue avec la décision d'aujourd'hui», a-t-elle ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer