Denis Lebel veut partager la direction intérimaire du Parti conservateur

L'ex-lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel.... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'ex-lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, veut partager la direction intérimaire du Parti conservateur avec sa collègue albertaine Michelle Rempel dans une alliance qui rassemblerait les deux solitudes.

Le duo a exposé hier sa proposition conjointe aux autres députés dans un courriel dévoilé par Sun Media.

Déjà, « beaucoup d'entre vous ont donné leur appui à une candidature conjointe de Denis Lebel et moi-même », peut-on lire dans une version du message envoyée à partir de l'adresse courriel de Michelle Rempel, élue dans Calgary Nose Hill. « Nous vous proposons une gestion politique compétente, des communications renforcées et un équilibre en matière de genre et de langue. »

Le message est signé « Denis et Michelle ».

Les deux têtes d'affiche conservatrices disent vouloir mettre de l'avant un nouveau plan pour assumer efficacement les fonctions d'opposition officielle et invitent leurs collègues à des réunions de réflexion sur ce thème.

Denis Lebel et Michelle Rempel veulent aussi « préparer le terrain pour le nouveau chef ».

Il n'a pas été possible de joindre Denis Lebel ou sa collègue, hier soir. Le caucus doit se trouver un chef dès la semaine prochaine, le premier ministre sortant ayant déjà annoncé qu'il quittait la tête de sa formation politique.

« Êtes-vous prêts pour quelqu'un comme moi? »

Âgée de 35 ans, Michelle Rempel était ministre d'État et était chargée de la diversification de l'économie de l'Ouest au sein du gouvernement Harper. Elle est aussi une habituée des panels politiques télévisés anglophones.

Il y a dix jours, elle a publié une longue série de messages sur le réseau social Twitter où elle s'interrogeait publiquement sur l'opportunité pour elle de se lancer dans une course à la direction. « Je suis compétente, j'ai été mise à l'épreuve. La seule question : êtes-vous prêts pour quelqu'un comme moi ? », écrivait-elle, évoquant les arguments misogynes auxquels elle craignait de se buter.

Par ailleurs, le surlendemain des élections, La Presse révélait que le nom de Denis Lebel circulait parmi les prétendants possibles à la direction intérimaire. Le principal intéressé avait dit vouloir laisser retomber la poussière avant d'entamer la prochaine phase de sa carrière politique.

D'autres élus conservateurs ont aussi fait connaître leur intérêt pour la direction intérimaire du parti. C'est notamment le cas des ministres sortants Diane Finley, Erin O'Toole et Rob Nicholson, qui représentent tous trois des circonscriptions ontariennes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer