Une candidate du NPD a siégé au Conseil national d'un parti souverainiste

Béatrice Zako... (Photo fournie par l'Équipe Mélanie Joly)

Agrandir

Béatrice Zako

Photo fournie par l'Équipe Mélanie Joly

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) se dit très à l'aise avec le passé souverainiste d'une de ses candidates aux prochaines élections, surtout que ce passé a été de courte durée.

Béatrice Zako, candidate dans le comté de Papineau, a siégé au Conseil national d'Option nationale (ON) en 2013.

«J'ai suivi la politique au Québec, analysé des situations et il est temps pour moi de choisir. J'ai donc décidé de militer pour L'INDÉPENDANCE DU QUÉBEC», peut-on lire dans la contribution de Mme Zako au document du congrès national de 2013 d'ON.

Dans une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne jeudi, Mme Zako a assuré que ses convictions souverainistes étaient passagères.

«Elles n'ont duré que ces trois mois-là», a-t-elle dit, soit les trois mois qu'elle a siégé comme représentante de la circonscription d'Acadie au Conseil national du parti provincial.

Au parti, on confirme que la dame a démissionné peu de temps après le départ du chef Jean-Martin Aussant. Son passage au NPD a tout de même surpris.

C'était une militante convaincue «à fond la caisse», s'est souvenu Miguel Tremblay, militant d'ON qui était vice-président du Conseil national du parti à ce moment-là.

«À sa démission, elle a demandé que toute référence à son passage soit effacée des sites web, que son nom soit enlevé de partout», a raconté M. Tremblay, en entrevue téléphonique.

Chez les néo-démocrates, on n'est pas désarçonné. «En raison de son implication dans le milieu communautaire, Béatrice Zako a côtoyé des acteurs du milieu politique municipal (Vrai changement pour Montréal) et provincial (Option nationale). Intéressée par l'aventure politique afin de poursuivre son engagement envers sa collectivité, Béatrice Zako s'est vite rendu compte que l'option souverainiste n'était pas pour elle», écrit dans un courriel, Marc-André Viau, au nom du NPD.

La candidate compare son engagement politique chez les souverainistes à une histoire d'amour.

«On tombe sous le charme, on croit à quelque chose. Mais là, ça a duré trois mois. Trois mois, c'est vraiment pas beaucoup, là. Trois mois pour me rendre compte que c'était pas là que je voulais vraiment défendre les intérêts de la collectivité», a-t-elle fait valoir.

Son enthousiasme a été remarqué en mars 2013.

Dans son blogue pour le magazine L'actualité, Josée Legault la citait, parlant d'un bref discours qui a soulevé la salle, au congrès d'ON. «Québécoise et fière de l'être. J'ai eu deux enfants ici. Le Québec est leur patrie, leur pays et c'est mon pays. Je veux donner un pays à mes enfants. J'ai hâte de changer mon passeport canadien contre un passeport québécois!»

C'est maintenant par un rire gêné que Mme Zako accueille la question sur ce que devrait être l'avenir du Québec: province ou pays?

«C'est une très très belle question. Mais pour moi, aujourd'hui, je suis fédéraliste, je travaille avec le NPD.»

Après l'élection de 2011, les anciens flirts souverainistes de certains députés néo-démocrates leur ont souvent été reprochés par leurs adversaires politiques. Alexandre Boulerice, député de Rosemont-La-Petite-Patrie, a dû ainsi à maintes reprises justifier ses dons à Québec solidaire.

Il n'est pas dit que Mme Zako subira le même sort. Elle se présente dans le comté qui élit Justin Trudeau depuis 2008.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer