Thomas Mulcair s'engage à réinvestir dans le logement social

Thomas Mulcair... (PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Thomas Mulcair

PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair s'est engagé à réinstaurer les subventions versées aux coopératives et au logement social, vendredi, après avoir visité une vaste coopérative d'habitation de la région de Montréal dont les occupants doivent perdre leur subvention en octobre prochain.

Ceux-ci touchent un supplément au loyer parce qu'ils ont de faibles revenus. Or, à l'échéance prévue de la subvention, leur loyer va augmenter considérablement.

Ils ont d'ailleurs exprimé leurs craintes à ce sujet au chef du Nouveau parti démocratique. Certains ont évoqué des hausses de loyer de 200 $; d'autres ont rapporté ailleurs un cas de loyer de moins de 400 $ qui passera subitement à plus de 900 $.

M. Mulcair s'est dit touché par les témoignages entendus, tantôt d'une mère monoparentale, tantôt d'une femme handicapée, tantôt d'un homme atteint d'une paralysie cérébrale. Plusieurs voulaient rencontrer «monsieur le député» pour lui confier leurs appréhensions, voire leur angoisse. Et ils demandaient à être rassurés.

Devant eux, M. Mulcair s'est engagé à annuler les compressions prévues par le gouvernement conservateur et à poursuivre les subventions versées pour cette coopérative d'habitation de Pierrefonds, dans l'ouest de Montréal - la plus importante au Canada, dans laquelle vivent 277 familles ou environ 1000 personnes.

Il s'est aussi engagé plus largement à réinvestir dans le logement social.

«C'est une situation horrible pour les gens qui vivent déjà la précarité, cette incertitude qui leur plane au-dessus de la tête. C'est évident que nous avons un engagement ferme de continuer ce financement dans le domaine des coopératives et, plus largement, dans le logement. Mais c'est sûr que c'est une grande préoccupation, parce qu'ils n'ont même pas donné la date au mois d'octobre (à laquelle la subvention prendra officiellement fin). Couper la capacité des gens de payer leur logement, sans le remplacer avec quoique ce soit, c'est inhumain», a critiqué le chef du NPD.

Un éventuel gouvernement du Nouveau parti démocratique aurait les moyens de rétablir ce financement du logement social parce qu'il ferait d'autres choix budgétaires, par exemple en abolissant le principe du fractionnement du revenu entre conjoints, prôné par le gouvernement conservateur, et qui profite davantage aux familles mieux nanties, a fait valoir M. Mulcair.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer