Le NPD réclame une enquête sur les pratiques du chef libéral

Le chef libéral Justin Trudeau... (PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS)

Agrandir

Le chef libéral Justin Trudeau

PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a réclamé jeudi une enquête sur les pratiques du chef libéral Justin Trudeau, qui aurait utilisé des ressources parlementaires à des fins partisanes.

La nouvelle survient un jour à peine après que les libéraux eurent eux-mêmes déposé une plainte contre les néo-démocrates qui, selon eux, utilisent les bureaux de circonscription des députés comme quartier général pour leurs vastes campagnes de porte-à-porte.

Les deux requêtes ont été transmises au président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, qui préside aussi le Bureau de régie interne, un comité parlementaire multipartite responsable de légiférer sur les dépenses et les ressources à la disposition des députés.

Dans une lettre, le député néo-démocrate de Windsor, Brian Massé, fait état d'une réunion du caucus libéral au parlement, au mois de juin, pendant laquelle M. Trudeau avait présenté plusieurs candidats libéraux aux prochaines élections. La rencontre ne semblait pas avoir un lien avec les procédures de la Chambre des communes, ni avec les électeurs de la circonscription de M. Trudeau, a remarqué M. Massé.

Or, selon lui, le Parti libéral a enfreint les règles, puisque les bureaux du Parlement ne peuvent être utilisés pour des visées partisanes.

Le député libéral Ralph Goodale croit toutefois que ce règlement s'applique seulement pour les députés individuellement et non aux réunions du caucus, qui sont, par nature, politiques. M. Goodale affirme que tous les partis invitent leurs employés aux réunions - dont le NPD.

Selon M. Goodale, le directeur de campagne nationale du NPD participe souvent à ces rencontres.

D'ailleurs, quelques minutes après que les néo-démocrates eurent envoyé leur missive, les libéraux ont riposté en partageant sur les réseaux sociaux des images de la candidate torontoise Linda McQaig devant les députés néo-démocrates réunis en caucus.

«(Les néo-démocrates) lancent toute la boue qu'ils peuvent lancer pour détourner l'attention de leurs propres difficultés», a déploré M. Goodale.

En 2014, le Bureau de régie interne des Communes avait ordonné aux néo-démocrates de rembourser près de 4 millions $ pour avoir utilisé des ressources parlementaires à des fins partisanes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer