Ménage en vue au NPD

José Nunez-Melo, Tyrone Benskin, Réjean Genest et Francine... (PHOTOS TIRÉES DU SITE WEB DU NPD)

Agrandir

José Nunez-Melo, Tyrone Benskin, Réjean Genest et Francine Raynault.

PHOTOS TIRÉES DU SITE WEB DU NPD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le NPD fait le ménage parmi ses candidats au Québec en donnant sa bénédiction - parfois active, parfois tacite - à des ambitieux qui cherchent à déloger certains députés sortants, a appris La Presse.

Près de quatre ans après la vague orange et six mois avant le prochain scrutin fédéral, l'heure est venue de se séparer d'élus «peu performants», quitte à froisser des vanités, ont expliqué des sources néo-démocrates.

C'est notamment le cas dans la circonscription Laval, où l'appareil du parti a contribué à recruter une opposante pour déloger le député José Nunez-Melo à l'étape de l'investiture. Le travail du député, élu en 2011, est jugé insatisfaisant. Il veut se représenter dans Vimy, la nouvelle circonscription qui avalera le plus gros de son territoire actuel.

Dans cette situation, «c'était une préoccupation de trouver» un possible remplaçant, a confié une source crédible bien au fait du dossier. «Il n'est pas très actif.»

C'est Jacinthe Gagnon, ex-présidente du comité des femmes du Nouveau Parti démocratique (NPD), qui fera la lutte à M. Nunez-Melo. En entrevue, elle «refuse de commenter» les informations selon lesquelles elle aurait été recrutée par l'appareil du parti.

«Je comprends que quand on s'engage dans la chose publique, c'est un engagement qui est à 100%, a-t-elle dit. Je suis convaincu que je peux faire la différence pour les Lavalloises et les Lavallois.»

M. Nunez-Melo, pour sa part, a répondu par courriel. «Sachez que c'est indiqué dans les statuts du parti qu'il s'agit d'un rôle et d'une responsabilité de l'Association de circonscription d'effectuer et organiser les démarches pour la recherche de candidats», a-t-il écrit.

Bénédiction tacite

Ailleurs au Québec, le processus est plus subtil. On se contente de ne pas décourager «pantoute» ceux qui veulent contester certains élus et de leur faciliter la vie, a relaté une source près du dossier. Dans des circonscriptions mieux représentées, on suggérerait plutôt une circonscription voisine ou on expliquerait clairement que le député sortant a beaucoup d'appuis.

«Ceux qui ont fait leur job n'ont pas à s'inquiéter», a confié une seconde source néo-démocrate, confirmant aussi les dires d'un troisième interlocuteur au sein du parti.

Ainsi, l'appareil du NPD aurait facilité la vie aux candidats «putschistes» dans trois circonscriptions.

Le député de Jeanne-Le-Ber, Tyrone Benskin, devra faire face à une investiture contestée dans la nouvelle circonscription de Ville-Marie-Le-Sud-Ouest-Île-des-Soeurs, qui reprend le plus gros de son territoire. L'avocate Allison Turner, qui nie quelque appui que ce soit, pense pouvoir décrocher la place.

«Ce qu'on voit ici, c'est une vraie démocratie en action, a affirmé de son côté M. Benskin. Jusqu'ici, je n'ai vu aucune "bénédiction" pour l'un ou l'autre des candidats qui se présentent dans la course à l'investiture.»

Dans Shefford, Réjean Genest s'est impatienté pendant son entrevue avec La Presse. «Il y a des ouï-dire. Moi, je fais mon travail régulièrement, a-t-il affirmé. L'opinion du parti, je ne l'ai pas.» Il a ajouté qu'«ici, dans la circonscription, le monde est satisfait de mon travail». Il devrait faire face à un candidat à l'étape de l'investiture.

Dans Joliette, Francine Raynault tentera de battre Danielle Landreville pour que son nom figure sur les bulletins de vote. Mme Raynault n'a pas rappelé La Presse. «Tout le monde a le droit de se présenter», a-t-elle déclaré il y a quelques semaines au journal local.

Au NPD, le porte-parole Marc-André Viau a souligné que «contrairement au Parti libéral du Canada», les investitures du NPD étaient toujours ouvertes et que la formation politique respecterait le choix démocratique des militants.

Traditionnellement, en politique canadienne et quebecoises, les députés sortants qui souhaitent briguer un nouveau mandat n'ont pas besoin de passer le test de l'investiture. Le PLC fait exception pour le prochain scrutin, alors que c'est la règle au NPD.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer