Sondage CROP: le Bloc québécois marginalisé

Alors que Mario Beaulieu, nouveau chef du Bloc,... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Alors que Mario Beaulieu, nouveau chef du Bloc, affirme haut et fort que sa priorité absolue est de faire la promotion de l'indépendance, seulement 11% des Québécois disent que cela doit être le cas.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Une forte majorité de Québécois (65%) estime que le Bloc québécois n'est plus pertinent sur la scène fédérale. Et à moins d'un solide coup de barre pour stopper l'érosion de ses appuis, le Bloc pourrait être rayé de la carte électorale au Québec à la suite des prochaines élections, prévues en octobre 2015.

Une forte majorité de Québécois (65%) estime que... (CROP-La Presse) - image 1.0

Agrandir

CROP-La Presse

Le parti souverainiste, dirigé depuis juin par Mario Beaulieu, ne récolte plus que 13% des intentions de vote, un maigre point de plus que le Parti conservateur de Stephen Harper, révèle le dernier sondage réalisé par la firme CROP pour le compte de La Presse.

Le Bloc québécois, qui avait récolté 23% des voix au scrutin de 2011 et avait réussi à conserver seulement quatre sièges, encaisse ainsi une chute de cinq points de pourcentage de ses appuis en un mois. Chez les électeurs francophones, seulement 17% disent appuyer le Bloc - un désaveu sans précédent de leur part.

Pis encore, seulement 23% des répondants estiment que ce parti souverainiste, fondé par Lucien Bouchard dans la foulée de l'échec de l'accord du lac Meech en 1990, a toujours sa raison d'être. Onze pour cent ont affirmé ne pas avoir d'opinion sur cette question. Parmi ceux (65%) qui souhaitent que l'on tourne la page sur les années du Bloc québécois, 44% se déclarent favorables à l'option souverainiste.

Alors que Mario Beaulieu affirme haut et fort que sa priorité absolue est de faire la promotion de l'indépendance, seulement 11% des Québécois disent que cela doit être le cas. Mais si le Bloc s'attardait d'abord et avant tout à la défense des intérêts du Québec à Ottawa, 49% des répondants affirment que cela pourrait les amener à appuyer davantage cette formation politique. Enfin, 41% des gens interrogés disent qu'aucun de ces rôles ne les convaincrait de voter pour le Bloc.

Déserteurs souverainistes

Selon le vice-président de CROP, Youri Rivest, ces résultats démontrent que même les souverainistes désertent le Bloc, qui devient de plus en plus marginal.

«Ce qui est surtout surprenant, c'est de voir les souverainistes qui ne voient plus l'utilité du Bloc pour promouvoir la souveraineté. Pour moi, c'est un gros changement. Ce parti a donc des questions fondamentales à se poser», a dit M. Rivest.

Il a rappelé que le Bloc a longtemps utilisé une formule gagnante, celle de défendre les intérêts du Québec à Ottawa. Cette stratégie a permis au parti souverainiste de régner en maître dans la province pendant près de 20 ans. De toute évidence, cette période est révolue.

«Les candidats du Bloc se sont fait souvent élire sur ce slogan. Mais quand ils ont lâché ce positionnement-là, c'est à ce moment que les difficultés ont commencé. [...] Ce que le sondage démontre, c'est que l'idée de défendre les intérêts du Québec est beaucoup plus porteuse pour eux que de promouvoir la souveraineté sur la scène fédérale», a-t-il analysé.

Méthodologie

Le sondage a été réalisé en ligne entre le 14 et le 18 août auprès de 1000 répondants, soit au moment où le député Jean-François Fortin claquait la porte du Bloc en faisant une virulente sortie contre son chef. Il a notamment soutenu que le Bloc, sous la houlette de Mario Beaulieu, s'est «radicalisé» et «marginalisé». Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Appuis chez les francophones

17%
Bloc québécois
34%
Parti Libéral
36%
NPD

Après répartition

Une lutte à deux au Québec

Les prochaines élections fédérales s'annoncent comme une lutte à deux entre le Parti libéral du Canada (PLC) et le Nouveau Parti démocratique (NPD), selon le dernier coup de sonde de CROP. Les troupes de Justin Trudeau récoltent 38% des appuis des électeurs au Québec, tandis que les néo-démocrates de Thomas Mulcair recueillent 32%. Le Bloc québécois est loin derrière, à 13%, tandis que le Parti conservateur est quatrième avec 12%. Chez les francophones, le NPD est en tête avec 36%, deux points de pourcentage de plus que le PLC. Une lutte à deux est à prévoir dans toutes les régions sauf celle de Québec, où les conservateurs obtiennent 30% des appuis, trois petits points de moins que le PLC. Le NPD est troisième avec 22%. «Contrairement au Bloc, le vote des conservateurs est vraiment concentré dans la région de Québec. Cela peut permettre d'aller chercher un certain nombre de sièges», a souligné Youri Rivest, de la firme CROP.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer