Suicides dans l'armée: Mulcair demande à Harper d'agir

Un nombre alarmant de suicides présumés dans les rangs des Forces canadiennes... (Photo Martin Tremblay, archives La Presse)

Agrandir

Photo Martin Tremblay, archives La Presse

La Presse Canadienne
Ottawa

Un nombre alarmant de suicides présumés dans les rangs des Forces canadiennes au cours des derniers mois a poussé le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, à demander directement au premier ministre Stephen Harper d'agir de toute urgence.

M. Mulcair a envoyé une lettre à M. Harper, l'appelant à «s'engager à agir de façon urgente» pour répondre aux besoins en santé mentale des militaires canadiens.

Le chef de l'opposition officielle demande à M. Harper d'admettre l'existence de la crise et d'accepter la responsabilité du fait que le statu quo ne fonctionne pas. Il lui suggère de faire de ce dossier une priorité personnelle en tant que premier ministre.

Les apparents suicides dans les rangs des militaires se sont multipliés depuis trois mois. À l'automne, quatre suicides présumés se sont produits en l'espace d'une semaine. Plus tôt cette semaine, le mari d'une ancienne soldate canadienne, morte le jour de Noël dans un accident de voiture dans le sud de l'Alberta, a déclaré à la chaîne CTV qu'il s'agissait d'un suicide.

Tom MacEachern a affirmé que sa femme Leona, une caporale à la retraite âgée de 51 ans, recevait des soins pour son trouble de stress post-traumatique. Selon lui, elle a intentionnellement précipité son véhicule vers un camion-remorque qui arrivait sur l'autoroute Transcanadienne près de Calgary.

M. MacEachern affirme que sa femme était engagée dans une longue bataille avec le ministère des Anciens combattants au sujet des frais engagés pour des soins dentaires alors qu'elle était postée en Allemagne durant la première guerre du Golfe.

Besoins en santé mentale

La question des besoins en santé mentale dans l'armée a été soulevée devant deux comités distincts de la Chambre des communes le mois dernier.

Des anciens combattants et des défenseurs des droits des vétérans ont affirmé que peu d'efforts étaient faits pour aider les soldats blessés physiquement et ceux souffrant du trouble de stress post-traumatique à réintégrer la vie civile.

Ils ont aussi affirmé que l'incertitude financière créée par la réforme des avantages destinés aux anciens combattants menée par le gouvernement Harper entraînait certains soldats au bord du désespoir.

La Nouvelle Charte des anciens combattants a largement converti l'ancien système de pensions à vie en une série de montants forfaitaires et de prestations déterminées, un système jugé beaucoup moins généreux par les soldats.

La lettre de M. Mulcair souligne qu'il y a eu plus de 50 commissions d'enquête sur les suicides de militaires, certaines remontant à cinq ans et n'ayant toujours pas publié leur rapport.

«Dans trop de cas, les familles en deuil sont laissées sans réponse ni aboutissement», écrit M. Mulcair.

«Les Canadiens sont laissés avec de graves inquiétudes quant à savoir si le système mis en place pour aider nos forces armées est déficient, ou si nous apprenons de ces tragédies afin d'en prévenir d'autres.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer