Flou dans les finances d'Attawapiskat

Une manifestation a eu lieu samedi à Surrey,... (Photo: Reuters)

Agrandir

Une manifestation a eu lieu samedi à Surrey, en Colombie-Britannique en appui à Theresa Spence, la chef d'Attawapiskat, qui a entamé une grève de la faim dans le but de rencontrer le premier ministre Stephen Harper. La firme Deloitte a été mandatée par Ottawa pour vérifier les finances de la réserve d'Attawapiskat mais a toutefois eu de la difficulté à obtenir toute la documentation demandée.

Photo: Reuters

Partager

Louise Leduc
La Presse

Mandatée par le gouvernement Harper pour vérifier les finances de la réserve ontarienne d'Attawapiskat, la firme Deloitte n'a pu garantir au gouvernement que ses subventions avaient été utilisées à bon escient: dans 80% des transactions choisies aux fins de la vérification, la documentation était manquante ou insuffisante, a appris La Presse.

Jusqu'ici, le ministère des Affaires indiennes n'a pas rendu public le rapport et il s'y est encore refusé la semaine dernière quand nous lui en avons fait la demande.

Selon nos sources, la firme Deloitte a étudié les années 2005 à 2011-2012. Sa tâche a été compliquée par le fait qu'elle a eu du mal à obtenir des reçus ou autres preuves justificatives. Le gouvernement cherchait notamment à savoir si les subventions consenties par les ministères des Affaires indiennes et de la Santé étaient utilisées correctement.

Selon nos informations, le ministère des Affaires autochtones a envoyé une lettre à ce propos à une partie du conseil de bande d'Attawapiskat au début de septembre dernier. Le 20 septembre, une téléconférence a eu lieu entre le Ministère et un chef d'Attawapiskat.

Sous tutelle

Il a été impossible d'obtenir les commentaires de la chef de la réserve, Theresa Spence, à ce sujet. Hier, son porte-parole, Danny Metatawabin, a dit qu'il ne voulait pas faire de commentaire et qu'il préférait se concentrer sur des choses plus importantes, comme les traités.

La réserve d'Attawapiskat a fait les manchettes bien avant la grève de la faim de Theresa Spence, entamé le 11 décembre dernier. En 2011, de nombreux reportages ont fait état des conditions de vie lamentables dans cette communauté où, notamment, 25 familles étaient réduites à vivre sans eau ni électricité.

Une certaine aide avait alors été fournie par le gouvernement, qui avait rapidement imposé une tutelle en novembre 2011. Dès le départ, la chef Theresa Spence s'est opposée à cette tutelle par une demande d'injonction, mais sans succès. Le gouvernement conservateur s'était alors dit insatisfait de l'utilisation des subventions versées à Attawapiskat depuis 2006. Lors d'une période de questions, fin novembre 2011, le premier ministre Stephen Harper s'était demandé tout haut comment une telle pauvreté était possible alors que 90 millions de dollars avaient été investis en six ans dans la communauté, soit environ 52 000$ par habitant.

Enfin, en août 2012, la Cour fédérale a conclu que la tutelle était illégale et «déraisonnable», et que ce n'était pas le bon moyen de s'attaquer aux problèmes de logement de la réserve.

Attawapiskat souffre d'un grand isolement. Elle est située sur la côte ouest de la baie James, à 700 km au nord de la ville de Timmins, en Ontario.

- Avec Hugo de Grandpré

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer