Marine Le Pen: l'accueil de 25 000 réfugiés syriens est «une folie»

La dirigeante du Front national - parti d'extrême droite français - Marine... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

La dirigeante du Front national - parti d'extrême droite français - Marine Le Pen effectue depuis vendredi une visite de six jours au Québec. Dès l'annonce de sa venue, tous les partis politiques provinciaux et fédéraux ont déclaré qu'ils ne rencontreraient pas Mme Le Pen.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'accueil de 25 000 réfugiés syriens par le gouvernement Trudeau est une « folie ». La classe politique d'ici subit une forme de « terrorisme intellectuel ». Les Québécois ne sont pas assez combatifs quand vient le temps de défendre leur langue. En visite au Québec, la présidente du Front national (FN), ce parti d'extrême droite de France, en a long à dire sur la politique canadienne et québécoise.

Marine Le Pen estime que son parti a des affinités avec le Parti québécois. Elle appuyait le projet de charte des valeurs, qui a soulevé une telle controverse. Elle croit que Pierre Karl Péladeau donnera un « nouveau souffle à la souveraineté ». La Presse l'a rencontrée. 

Du «terrorisme intellectuel»

Sa visite au Québec était à peine annoncée que tous les partis politiques provinciaux et fédéraux sont sortis sur la place publique pour déclarer qu'ils ne rencontreraient pas Marine Le Pen et qu'ils ne voulaient rien avoir à faire avec elle. À croire que la chef du FN est radioactive. Que pense-t-elle de ce traitement ?

« La classe politique québécoise semble vivre dans une forme de crainte. Et je trouve que quand il y a de la crainte dans une démocratie, c'est que la démocratie va mal. » Mme Le Pen, qui trouve la réaction des politiciens « puérile », affirme que des gens du milieu politique ont sollicité des rencontres avec elle, mais qu'ils ont eu « peur de le faire » ou qu'ils l'ont contactée « pour dire qu'ils [avaient] subi beaucoup de pression ». Elle refuse de divulguer leur nom ou leur allégeance.

« Il y a une forme de terrorisme intellectuel qui est très dommageable. Parce qu'une démocratie mature n'a pas peur du débat d'idées. Ça en dit long sur le poids du politiquement correct et de la pensée unique. Cela dit, ce n'est pas très grave. Je ne suis pas là pour faire la tournée des popotes politiques. Même s'il y a toujours intérêt, quand on est un responsable politique, à pouvoir échanger avec des gens qui peuvent sur certains sujets partager vos préoccupations. » 

Des «affinités» avec le PQ

Après qu'on lui a demandé avec quel parti politique d'ici le Front national a le plus d'affinités, Marine Le Pen nomme d'emblée le Parti québécois, dont le chef écrivait pourtant hier sur Facebook que « l'histoire, la doctrine et les propositions [du FN] sont aux antipodes des valeurs du Parti québécois ».

« Il est évident qu'on se sent plus d'affinités avec le Parti québécois, sur un certain nombre de sujets, qu'avec le parti de M. Trudeau. Ça me paraît une évidence », dit Mme Le Pen. Elle cite l'exemple des valeurs souverainistes du PQ, comparant la relation du Québec avec Ottawa à celle de la France avec Bruxelles, siège de l'Union européenne. Nationaliste, la chef du FN milite pour le rétablissement des frontières en Europe.

Parlant de souveraineté, Mme Le Pen croit que Pierre Karl Péladeau est « tout à fait susceptible de donner un nouveau souffle au mouvement ». Le chef est « assez charismatique » et il « fait du bon boulot », dit-elle.

Autre sujet qui la rapproche du PQ : la laïcité. Mme Le Pen connaît bien le défunt projet de charte des valeurs mis de l'avant par le gouvernement Marois, une idée qu'elle soutient. Elle voit dans le projet « la résistance du Québec aux idées communautaristes portées par Ottawa ». La réaction à la Charte, dit-elle, a été « ahurissante ». 

« L'hystérie qu'a suscitée cette charte de la laïcité apparaît tout à fait excessive. La laïcité n'est pas l'expression de la xénophobie. »

La politicienne affirme que son équipe correspond « par mail » avec des membres du PQ, qui « s'intéressent à ce que nous faisons ». Hier matin, elle a rencontré, à leur demande, quatre jeunes membres du parti. Une porte-parole du PQ a précisé à La Presse qu'il ne s'agissait pas d'une initiative de l'aile jeunesse, que ces gens ne faisaient pas partie du Comité national des jeunes et qu'aucune rencontre officielle n'était prévue.

«Combien êtes-vous prêts à en accepter?»

L'un des premiers gestes du premier ministre Justin Trudeau a été d'annoncer l'accueil de 25 000 réfugiés syriens au Canada, soit plus qu'aux États-Unis ou en France. La décision a été saluée par le secrétaire général de l'ONU. Mais selon Marine Le Pen, c'est une « folie » et une « grosse erreur ».

« C'est 25 000 aujourd'hui. Et combien demain ? C'est ça, la vraie question. Combien êtes-vous prêts à en accepter ? Et à quel prix ? », demande-t-elle.

Selon elle, cette politique est dangereuse. « Nous sortons d'un attentat [à Paris en novembre] où trois des terroristes avaient fait la route des migrants. On sait aujourd'hui de manière sûre que l'État islamique infiltre des terroristes au sein des colonnes de migrants. Évidemment que c'est un motif d'inquiétude. »

Elle voit aussi un risque de « développement du fondamentalisme religieux ».

« Par naïveté, par faiblesse d'âme, par électoralisme, on n'a pas voulu s'attaquer au fondamentalisme. Or, il s'installe. Il se disperse. Il recrute. Et cela dans l'indifférence générale des classes politiques. »

Précisons que le Canada fait de nombreuses vérifications de sécurité, notamment sur les activités militaires des demandeurs d'asile et en consultant les bases de données des différentes agences de renseignement. C'est le Service canadien du renseignement de sécurité qui est chargé des vérifications.

Reste que la chef du FN croit que la mesure du gouvernement Trudeau est une « fausse politique humaniste ». Le vrai humanisme, croit-elle, « consiste plutôt à arrêter de faire la guerre partout, de mettre les fondamentalistes au pouvoir en Libye ou en Syrie. De détruire des nations comme ont pu le faire les États-Unis par le passé. Ça ne consiste pas à pousser les gens à partir de chez eux au péril de leur vie pour finir dans des bidonvilles ». La femme politique propose plutôt de « développer des campements humanitaires au plus près des pays concernés ». 

Se battre pour le français

Marine Le Pen a fait coïncider sa visite au Québec avec la Semaine de la francophonie. Elle dit « regretter » le recul du français dans la province (le nombre de Québécois qui parlent uniquement le français à la maison est passé de 75,1 % en 2006 à 72,8 % en 2011). Elle accuse les Québécois de ne pas être assez « combatifs et solidaires » pour défendre la langue de Molière. « Il faut se battre pour son identité et sa culture. Il n'y a pas de honte à ça. Chaque fois qu'on parle d'identité, on me parle de repli identitaire. Non ! L'offensive de l'identité. »

Mme Le Pen a notamment dénoncé la décision « terrible » de hausser les droits de scolarité pour les étudiants étrangers venus de France, qui depuis septembre, paient le même prix que les Canadiens des autres provinces, soit trois fois plus cher qu'avant. Le tarif préférentiel accordé aux étudiants français coûtait 120 millions à l'État québécois. Mais selon Mme Le Pen, les échanges étudiants aidaient la cause du français au Québec.

« La francophonie peut être un vecteur fondamental, dit-elle. Je porte l'idée d'un Erasmus [programme européen d'échanges d'étudiants] francophone, d'une banque d'investissement francophone. D'une relation accrue entre les pays francophones. Une langue, ce n'est pas seulement une façon de parler. C'est une culture. Ce sont des échanges économiques. Sauf qu'on ne profite pas de ça. Ce n'est pas pris au sérieux et je crois que ça devrait l'être. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer