Harper: «presque le reste de l'humanité» ne comprend pas Marois

Stephen Harper... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Stephen Harper

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Stephen Harper n'est pas choqué que Pauline Marois fasse la promotion de la souveraineté du Québec à l'étranger, mais il croit que «presque le reste de l'humanité» ne comprend pas ses positions.

Le premier ministre conservateur a indiqué en entrevue de fin d'année à TVA Nouvelles qu'il comprenait très bien la relation privilégiée qui existait entre la France et le Québec, alors que Mme Marois rentre tout juste d'Europe.

Lorsque le journaliste Pierre Bruneau lui a demandé si cela le dérangeait que la chef péquiste y parle d'un Québec souverain qui respecterait ses accords de libre-échange, M. Harper n'a pas tiqué.

«Non, pas vraiment. On s'attend à ça, ce n'est pas quelque chose de nouveau et on respecte toujours - je l'ai dit à plusieurs reprises - que le Québec a une relation spéciale avec la France», a-t-il affirmé.

Mais le chef conservateur a sous-entendu que la première ministre québécoise rencontrait peu d'oreilles attentives hors du pays sur son projet indépendantiste.

«Évidemment je ne partage pas la perspective de Mme Marois, et je pense franchement que, pour presque le reste de l'humanité, on ne le comprend pas du tout. Parce ce qu'à travers le pays, le Canada est considéré comme un pays bilingue, exceptionnel, diversifié et tolérant, moderne, avancé et prospère. Et c'est le modèle de pays que tout le monde veut.»

Lors de cette entrevue bilan, M. Harper a par ailleurs assuré qu'il serait aux rênes de son parti en 2015, lors des prochaines élections générales.

Il a balayé du revers de la main les rumeurs qui l'envoyaient tantôt à la retraite, tantôt en élections anticipées.

«On a fait une date fixe en 2015. J'ai l'intention de mener mon parti qui est le seul parti qui a une politique sérieuse sur la priorité numéro un de la population, qui est l'économie», a-t-il tranché.

Invité à se pencher sur la réforme du Sénat, M. Harper a soutenu que c'étaient les partis d'opposition qui l'avaient empêché de mener à bien les changements qu'il envisageait. Maintenant qu'il est à la tête d'un gouvernement majoritaire, M. Harper met désormais la raison de cette inaction sur le dos des provinces.

«Maintenant, ce sont les provinces qui bloquent ces réformes aux tribunaux», a-t-il déploré.

La Cour suprême du Canada devrait se prononcer au cours de la prochaine année sur la constitutionnalité du d'une réforme unilatérale ou d'une abolition du Sénat. Québec s'était précédemment adressé à la Cour d'appel du Québec sur le sujet, qui avait jugé qu'un amendement constitutionnel était impératif à ce type de changements à la Chambre haute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer