Jeune Autochtone tué par un fermier: la Couronne ne fera pas appel

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie, montre... (PHOTO PC)

Agrandir

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie, montre une photo de son fils.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Regina

La Couronne a annoncé mercredi qu'elle ne ferait pas appel de l'acquittement du fermier accusé d'avoir tué d'une balle à la tête un jeune Autochtone, en Saskatchewan.

La poursuite a expliqué qu'on ne pouvait pas faire appel simplement parce que les gens ne sont pas satisfaits de la décision des jurés, ou à cause de doutes concernant l'enquête policière.

En conférence de presse, mercredi, le procureur principal Anthony Gerein a rappelé que pour faire appel d'un verdict, on doit pouvoir plaider une erreur de droit commise au procès. Or, les procureurs, les experts consultés par la poursuite et même des criminalistes qui ne sont pas liés à la Couronne en Saskatchewan n'ont rien trouvé qui aurait pu motiver un appel, a soutenu Me Gerein.

Le mois dernier, un jury a acquitté Gerald Stanley, accusé du meurtre au deuxième degré de Colten Boushie, un Autochtone de 22 ans originaire de la première nation Red Pheasant, près de Biggar.

Selon ce qui a été entendu au procès, Colten Boushie et quatre autres personnes cherchaient de l'aide à la suite d'une crevaison lorsqu'ils sont entrés sur la propriété de Gerald Stanley, au mois d'août 2016. M. Stanley a soutenu au procès qu'il avait tiré des coups de semonce afin de faire fuir les intrus, et qu'un coup de feu était parti accidentellement lorsqu'il a voulu prendre les clés dans le contact du véhicule utilitaire sport.

L'affaire avait suscité des tensions dès le début un peu partout au pays, et le verdict a été accueilli par la colère des proches de Colten Boushie et de militants pour la justice. Des membres de la famille ont rencontré des ministres fédéraux, et même le premier ministre Justin Trudeau, à Ottawa, pour réclamer des changements au système judiciaire et au processus de sélection des jurés, afin de mieux tenir compte des populations autochtones. Des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes canadiennes afin d'exprimer l'insatisfaction à l'égard du dénouement de l'affaire Boushie.

La décision de ne pas porter le verdict en appel a dévasté le père de Colten Boushie, mercredi. «Il n'y a pas de justice là-dedans», a laissé tomber Pete Boushie, en entrevue téléphonique. «Qu'est-ce que je peux vous dire? Ça démontre simplement qu'il n'y a pas de justice en ce bas monde.»

Le procureur Gerein a exhorté les Canadiens à conserver toute leur confiance dans le système judiciaire. Il a reconnu que cette décision causera de la tristesse, mais il maintient que la loi ne permettait pas de faire appel dans ce cas-ci.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a parlé par communiqué d'«un autre coup dévastateur pour la famille de Colten Boushie, et une autre preuve pour les Premières Nations que le système judiciaire canadien les laisse tomber».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer