Vague de froid extrême sans précédent au pays

Il faut remonter à 1993 pour observer un... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Il faut remonter à 1993 pour observer un après-Noël aussi glacial.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Une poussée d'air arctique se répand d'un bout à l'autre du pays et accompagnera les Canadiens jusqu'en 2018.

Environnement Canada a lancé des avertissements de froid extrême de la Colombie-Britannique jusqu'aux provinces de l'Atlantique, en raison des risques d'engelure et d'hypothermie.

Alexandre Parent, un météorologue de l'agence fédérale, souligne que le caractère exceptionnel de cette vague de froid, attisée par le refroidissement éolien, relève surtout de son étendue géographique et de sa durée.

Il explique que le mercure se situera de 10 à 15 degrés Celsius en deçà des normales saisonnières pour au moins une semaine. Bien que peu de records devraient être fracassés, cet épisode pourrait s'étirer sur toute la première semaine de la nouvelle année.

Il faut remonter à 1993 pour observer un après-Noël aussi glacial, soulève M. Parent.

Le coeur de l'air froid se fraiera un chemin à partir des Prairies vers les provinces maritimes en épargnant la Côte-Nord et la Gaspésie.

Le nord de l'Ontario sera le plus durement touché, avec des températures qui s'abaisseront jusqu'à 50 degrés Celsius sous zéro.

Au Québec, dans les régions ciblées par des avertissements météorologiques, le mercure doit osciller entre 38 et 42 degrés Celsius sous le point de congélation.

La porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier, indique que ces basses températures ont empêché bien des véhicules de démarrer mercredi matin.

CAA-Québec, qui a déployé un maximum d'effectifs sur les routes, dit avoir reçu quelque 4000 appels sollicitant des services de survoltage et de remorquage en avant-midi seulement.

Mme Gauthier estime que les automobilistes montréalais, moins habitués à composer avec d'aussi grands froids, ont été pris de court.

«Quand les journées sont froides, c'est ce qui nous occupe le plus chez CAA-Québec, beaucoup plus que les journées de tempête de neige par exemple», a-t-elle exposé, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer