Tourisme: le Canada «sort la tête de l'eau»

En 2015, 18 millions de visiteurs étrangers ont... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En 2015, 18 millions de visiteurs étrangers ont mis les pieds sur le sol canadien.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2015, 18 millions de visiteurs étrangers ont mis les pieds sur le sol canadien, la fréquentation touristique la plus importante des neuf dernières années, selon un bulletin publié hier par Statistique Canada. Loin d'un record, il s'agit ici d'un retour à la normale.

ANNÉE RECORD ?

L'industrie touristique a déjà mieux fait. Le bulletin intitulé Mégatendances canadiennes : l'évolution du tourisme canadien, 1946 à 2015 révèle que le Canada a déjà attiré, en 2002, quelque 20 millions de touristes internationaux, sa meilleure performance depuis 1946. Bruno Sarrasin, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), rappelle que les données de 2015, bien qu'elles soient à la hausse par rapport aux années précédentes, permettent simplement de se « sortir la tête de l'eau » et de revenir à un nombre de visiteurs se rapprochant de ce qui a été enregistré entre les années 1998 à 2002 (entre 18,8 millions et 20 millions de touristes étrangers).

PLUS D'ASIATIQUES, MOINS D'EUROPÉENS EN 2015

À l'instar de bien des pays dans le monde, le Canada est de plus en plus populaire auprès des touristes asiatiques. En 2015, ceux-ci représentaient 33,2 % des voyageurs étrangers en provenance d'un autre pays que les États-Unis, contre 13,5 % en 1972. Par contre, les Européens ont été moins nombreux à mettre le cap sur le pays. Alors qu'en 1972, ils représentaient 70,4 % des visiteurs d'outre-mer (sans tenir compte des États-Unis), leur proportion en 2015 était de 46,3 %.

LES AMÉRICAINS

Parmi tous les touristes internationaux qui débarquent au pays, nos voisins du Sud occupent encore et toujours le premier rang. Quelque 12 millions d'entre eux ont traversé la frontière en 2015. Un retour en hausse après plusieurs années difficiles.

VARIATION DU DOLLAR ET SRAS

Selon Statistique Canada, il existe évidemment une importante corrélation entre le taux de change et le nombre de touristes. Des événements comme l'éclosion du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 ont également eu des impacts. À cette époque, nombre de voyageurs ont alors boudé le territoire canadien. De 20 millions en 2002, le nombre de visiteurs est passé à 17 millions un an plus tard.

LE TOP 10

Avec sa plus récente performance, le Canada ne risque pas d'accéder au palmarès des 10 destinations mondiales les plus populaires, souligne pour sa part Michel Archambault, professeur émérite au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM. « Au-delà des données, le Canada a perdu plusieurs rangs dans le classement mondial depuis l'an 2000. Et 150 ans, c'est jeune, très jeune ! Plusieurs nouveaux pays ont mieux réussi. » Selon les données de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), le Canada occupait le 2e rang des arrivées internationales en 1970, pour passer en 8e position en 2000. Depuis, il n'a plus sa place dans le top 10. Selon les chiffres publiés par l'OMT en 2014, c'est la France qui arrive en tête avec 83,7 millions de visiteurs, suivie des États-Unis avec 74,8 millions. Bruno Sarrasin souligne toutefois qu'il faut interpréter ces chiffres avec prudence. Par exemple, ces données comptabilisent tous les voyageurs qui arrivent à Paris, même ceux qui passent par la Ville Lumière sans nécessairement la visiter, mais seulement pour prendre un vol en direction d'un autre pays. Il explique que la France est une plaque tournante, pas le Canada.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer