• Accueil > 
  • Actualités > 
  • National 
  • > Putsch raté en Turquie: l'accueil de réfugiés syriens au Canada pourrait être retardé 

Putsch raté en Turquie: l'accueil de réfugiés syriens au Canada pourrait être retardé

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau salue... (Photo Justin Tang, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau salue une famille de réfugiés syriens.

Photo Justin Tang, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

La tentative de coup d'État de la semaine dernière en Turquie pourrait bien retarder encore davantage l'accueil au Canada de réfugiés syriens en provenance de ce pays.

L'émission des permis de sortie de Turquie pour les réfugiés était déjà un mécanisme long et complexe, ce qui a empêché le gouvernement canadien d'atteindre son objectif d'accueillir des milliers de Syriens de Turquie, dans le cadre de son vaste programme visant à accueillir 25 000 Syriens en quelques mois. L'instabilité politique en Turquie ne fera rien pour arranger les choses, admet-on au ministère canadien de l'Immigration.

On estime que 549 Syriens réfugiés en Turquie ont déjà obtenu le feu vert d'Ottawa pour venir s'installer au Canada, mais ils n'ont toujours pas reçu leur permis de sortie du gouvernement turc; 3815 autres dossiers sont toujours examinés par les autorités canadiennes.

On retrouve parmi ces réfugiés de nombreuses familles de yézidis, minorité religieuse kurde dont le sort est évoqué cette semaine par des parlementaires à Ottawa. Un comité des Nations unies a récemment qualifié de génocide le traitement que les combattants islamistes leur réservent au Moyen-Orient. L'opposition conservatrice à Ottawa soutient que le gouvernement devrait accélérer leur accueil au pays.

Les efforts pour faire sortir de Turquie les réfugiés syriens étaient déjà semés d'embûches bureaucratiques. Contrairement à ce qui se fait dans d'autres pays, c'est le gouvernement turc, et non les Nations unies, qui gère le flux de migrants syriens - et ils seraient actuellement environ 2,7 millions dans ce pays.

Avant la tentative manquée de coup d'État de vendredi dernier, le traitement des demandes de réfugiés en Turquie prenait environ huit mois, selon Immigration Canada. Mais c'est encore beaucoup moins que les quatre ans d'attente exigés pour une demande de réfugiés irakiens parrainés par le privé - par exemple pour des milliers de yézidis du Kurdistan.

L'opposition conservatrice demande au gouvernement canadien de hausser le plafond fixé cette année pour le nombre de réfugiés en provenance d'Irak, afin d'accueillir davantage de yézidis par le biais du parrainage privé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer