Montréal: point névralgique du tourisme sexuel impliquant des enfants

L'étude menée sur deux ans, produite par l'organisation... (123rf/ Kuzma)

Agrandir

L'étude menée sur deux ans, produite par l'organisation non gouvernementale ECPAT International, révèle que le tourisme sexuel impliquant des enfants a augmenté radicalement et s'est transformé au cours des 20 dernières années, malgré les efforts consacrés à combattre le problème à l'échelle mondiale.

123rf/ Kuzma

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Morgan Lowrie
La Presse Canadienne

Le nombre d'enfants exploités sexuellement dans le secteur du voyage et du tourisme est plus élevé que jamais au Canada et à travers le monde, selon un nouveau rapport publié jeudi, dans lequel Montréal est cité comme l'un des points névralgiques.

L'étude menée sur deux ans, produite par l'organisation non gouvernementale ECPAT International, révèle que le tourisme sexuel impliquant des enfants a augmenté radicalement et s'est transformé au cours des 20 dernières années, malgré les efforts consacrés à combattre le problème à l'échelle mondiale.

La principale raison de cette augmentation est la hausse « phénoménale » des voyages dans le monde, ce qui a créé davantage d'occasions de commettre des agressions, affirme Ernie Allen, membre de l'équipe ayant rédigé le rapport.

L'étude indique que le Canada et les États-Unis, traditionnellement considérés comme des « pays sources » pour les agresseurs, deviennent de plus en plus des destinations.

Bien que peu de données empiriques soient disponibles, l'étude suggère également que les enfants sont recrutés alors qu'ils sont plus jeunes, et que davantage d'enfants dans les deux pays ont des activités sexuelles pour survivre.

Montréal, point névralgique du tourisme sexuel

Montréal est citée comme un point névralgique du tourisme sexuel impliquant des enfants, en raison de sa proximité avec la frontière américaine et des nombreux événements sportifs et festivals qu'on y présente.

Au Canada, les femmes et enfants autochtones sont particulièrement vulnérables et sont souvent transportés pour être exploités près des plateformes pétrolières et des sites miniers, lit-on dans le rapport.

L'étude a découvert qu'au cours des 20 dernières années, le profil de l'agresseur a changé et ne correspond plus au stéréotype de l'homme pédophile d'âge moyen, occidental, blanc, aisé, qui voyage dans des pays moins développés spécifiquement pour exploiter des enfants.

Aujourd'hui, la majorité sont des agresseurs dits « situationnels », c'est-à-dire des gens qui n'avaient sans doute jamais rêvé d'exploiter un enfant jusqu'à ce qu'on leur donne l'occasion de le faire. Ce sont souvent des résidants locaux ou des voyageurs internes.

« Il s'agit de voyageurs d'affaires, de travailleurs migrants, de bénévoles », a expliqué M. Allen.

Les lieux de transport, les congrès, les concerts et les lieux de travail éloignés sont d'autres endroits problématiques au Canada, selon M. Allen.

« Les entrepreneurs de l'exploitation sautent sur ces occasions d'offrir - entre autres choses - des enfants », a-t-il ajouté.

L'Internet a exacerbé le problème en offrant une façon peu risquée pour les agresseurs d'aborder des victimes et pour les trafiquants d'annoncer leurs services.

M. Allen a louangé les efforts des forces de l'ordre au Canada, principalement de la GRC et de la Sûreté du Québec, de même que de l'ancien gouvernement conservateur, pour avoir imposé des pénalités plus lourdes aux prédateurs sexuels s'attaquant aux enfants.

Mais en raison de l'étendue des crimes et du fait qu'ils sont peu dénoncés, M. Allen croit que les gouvernements et les forces de l'ordre devront travailler en partenariat avec le secteur privé pour faire des progrès importants.

Certains hôtels, compagnies aériennes et entreprises spécialisées en tourisme se sont engagés à combattre le problème, mais M. Allen croit que davantage d'entreprises doivent mettre en place des politiques et former leurs employés pour qu'ils soient en mesure de reconnaître et rapporter des incidents.

« La seule façon de ne pas voir ce problème dans toute communauté est simplement de ne pas regarder », a-t-il dit.

« La bonne nouvelle, c'est que nous avons commencé à regarder. La mauvaise nouvelle, c'est qu'il faut regarder, puis il faut agir. Et vous devez mettre en place des systèmes pour minimiser les risques que cela se produise. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer