Accueil de réfugiés: Québec et Ottawa n'ont pas atteint leurs objectifs en 2015

Nancy Gergy, son mari Sako Sanjian, leur fils... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Nancy Gergy, son mari Sako Sanjian, leur fils Nareg Sanjian et la mère de Sako Azneev Sanjian ont quitté Alep, en Syrie, en 2013. Ils ont ensuite habité pendant deux ans au Liban avant de finalement arriver à Montréal le 17 février 2015.

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis, Magdaline Boutros
La Presse Canadienne

Le Québec aura accueilli 2578 réfugiés syriens en 2015, a annoncé l'Organisation de la sécurité civile du Québec lors d'un point de presse, vendredi, avec la Croix-Rouge, qui prête main-forte aux gouvernements fédéral et provincial dans ce processus de grande envergure qui a été accéléré dans la foulée de l'élection du Parti libéral à Ottawa.

C'est donc bien moins que les projections du gouvernement Couillard, qui souhaitait accueillir l'année dernière un total de 3650 réfugiés syriens. Québec n'a donc pas atteint son « objectif », comme le gouvernement fédéral qui aura finalement réussi à recevoir 6064 réfugiés au pays, au lieu de 10 000 comme il l'avait promis au mois de novembre.

Pascal Mathieu, vice-président de la Croix-Rouge a précisé en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne que la dernière vague de réfugiés était arrivée à Montréal vendredi matin avec quelques heures de retard. Pour l'instant, aucun vol n'est prévu pour samedi ou dimanche, mais cela pourrait changer dans les prochaines heures, a signalé M. Mathieu.

Sur les 2578 réfugiés arrivés dans la province, seulement 39 sont parrainés par le gouvernement. La Croix-Rouge joue un rôle particulièrement important pour ces derniers, puisqu'elle assure le lien entre les organismes locaux qui les accueilleront.

À l'heure actuelle, les organismes en question ont encore la capacité d'aider les réfugiés parrainés par le gouvernement puisqu'ils sont peu nombreux. Or, lorsque le volume sera plus grand, il faudra ouvrir des centres d'hébergement et celui de Valcartier, dans la région de Québec, est « fin prêt », a indiqué M. Mathieu.

La Croix-Rouge a essentiellement la tâche d'offrir du « soutien humanitaire » aux nouveaux arrivants qui atterrissent à Montréal. Lorsqu'ils sont redirigés vers le centre de bienvenue, l'organisme explique aux réfugiés tout le processus de quelques heures auquel ils devront se prêter avant de quitter le centre. Ils leur fournissent ensuite des vêtements d'hiver.

« À chaque vol, on tente d'accélérer le processus, mais il reste que ça ne sert à rien de bousculer les gens. Il y a des choses qui prennent un certain temps et les fonctionnaires prennent le temps nécessaire pour que les réfugiés comprennent ce qui se passe », a expliqué M. Mathieu.

Pour que tout se déroule bien dans les prochains mois, la Croix-Rouge aura cependant besoin de plus de bénévoles polyglottes et de dons.

Sur les 5000 bénévoles de l'organisme, seulement une cinquantaine parlent l'arabe, et encore bien moins maîtrisent d'autres langues présentes en Syrie, dont l'arménien et le kurde.

D'ailleurs, les opérations de Croix-Rouge sont financées entièrement par les dons du public. La campagne actuelle a permis de récolter 2,3 millions de dollars, mais il reste encore beaucoup de travail à faire dans les prochains mois et les dons seraient « les bienvenus » a soutenu M. Mathieu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer